Accueil / Réalité Virtuelle / Unreal Engine Editor VR : ou comment développer des environnements VR en réalité virtuelle
unreal-engine-editor-vr-realite-virtuelle-770x353

Unreal Engine Editor VR : ou comment développer des environnements VR en réalité virtuelle

Le studio américain de développement de jeux vidéo Epic Games va sortir une nouvelle version d’Unreal Engine Editor VR, le 17 avril 2017.

Les développeurs de contenus immersifs en seront ravis. Pour les néophytes, une petite piqûre de rappel semble nécessaire pour comprendre le suite de l’article. Unreal Engine Editor VR est un outil permettant de construire des mondes VR dans un environnement en réalité virtuelle. A l’origine de cette mini révolution : Epic Games, célèbre studio de développement de jeux vidéos basé à Cary, en Caroline du Nord, à qui l’on doit notamment le moteur de jeu Unreal Engine (concurrent de Unity), et plusieurs grands titres comme Unreal, Infinity Blade et Gears of Wars.

> Lire aussi : Unreal Engine devient totalement gratuit

« Unreal Engine Editor VR procure le sens de l’échelle pour créer des mondes réalistes et crédibles », a expliqué le directeur technique Mike Fricker à UploadVR, à l’occasion de la Game Developers Conference (GDC) 2017, organisée du 27 février au 3 mars à San Francisco. « Cela ne veut pas dire que nous voulons remplacer l’ordinateur de bureau », nuance-t-il, « mais cela accélère le processus de développement. Il est plus rapide de naviguer dans une scène immersive que par le biais d’un simple ordinateur, avec lequel vous utiliserez constamment la souris et le clavier, pour zoomer sur un objet ou avec la caméra ».

Partenariat avec le studio d’animation Pixar

Les dirigeants de l’entreprise ont décidé d’enrichir leur logiciel de quelques fonctionnalités, en revanche disponibles qu’à partir du 17 avril. Des ajouts qu’ont déjà pu tester les équipes du titre Robo Recall, dévoilé au cours de la GDC. Ainsi, les utilisateurs d’Editor VR seront capables de supporter « physiquement » des longues durées passées au sein d’un environnement immersif, sans pour autant sentir le moindre motion sickness. Un mode simulation a également été ajouté, et ce pour observer comment les éléments crées agissent avec la physique. « Cela signifie que vous pouvez utiliser la physique comme un outil d’art », précise M. Fricker.

Autre nouveauté, des outils de saisie plus précis : « il s’agit d’avoir des éléments plus organiques et naturels grâce à des interactions plus précises », a affirmé l’Américain. Son collègue Lauren Ridge, programmeur au sein de la société, évoque lui une nouvelle option développée sur les contrôleurs : « Par exemple, si je peins en pressant différemment la gâchette, la peinture n’aura pas la même texture ». Enfin, la compagnie US a conclu un partenariat avec le studio d’animation Pixar, pour intégrer son logiciel à Pixar Universal Scene Description (USD), outil « censé faciliter l’échange de données 3D entre les applications de création de contenus numériques », comme le décrit si bien 3dvf.com.

A propos de Grégoire Huvelin

Amoureux des mots, joueur de poker à mes heures perdues et inlassablement animé par les nouvelles technologies qui façonneront notre avenir.