Accueil / Réalité Virtuelle / Uber pourrait intégrer la réalité virtuelle dans ses voitures autonomes

Uber pourrait intégrer la réalité virtuelle dans ses voitures autonomes

Les trajets en Uber vous ennuient ? Vous en avez marre de regarder votre portable ou bien vous ne souhaitez pas parler avec votre chauffeur ? Uber pourrait bien vous proposer la réalité virtuelle comme moyen de pallier votre ennui.

Quel est le point commun entre Uber, société multinationale de transport et le domaine de la réalité virtuelle ? A première vue pas grand chose. Et pourtant la société dirigée par Dara Khosrowshahi pourrait bien un jour intégrer de la réalité virtuelle dans ses voitures autonomes. En effet, un brevet publié par Uber le 8 février 2018 propose un système pour visionner des expériences en réalité virtuelle dans une voiture. On vous propose de regarder un peu plus près ce qu’il en est.

Uber : intégrer de la VR dans les voitures autonomes

Comme un grand nombre de sociétés, Uber publie régulièrement des brevets sur des concepts pour protéger ses idées. Toutefois, il faut savoir que la masse des brevets déposées par une société est souvent bien supérieure aux nombres de concepts effectivement réalisés. Ainsi, le brevet déposé par Uber le 8 février 2018 auprès de USPTO et nommé « Virtual Reality Experience For a Vehicle » (Expérience en réalité virtuelle pour un véhicule) pourrait ou ne pourrait pas être développé à l’avenir. On peut toutefois s’interroger de savoir pourquoi Uber publie un tel brevet et comment il souhaiterait mettre cela en place dans ses voitures autonomes.

Pourquoi intégrer de la VR dans les voitures autonomes ?

On peut y voir deux explications à ce dépôt de brevet :

  1. Une raison juridique tout d’abord. En effet, Uber souhaite faire primer l’antériorité de son idée et de son concept et ne souhaite pas que ses concurrents (Lyft par exemple) réutilise le même concept. C’est donc un outil juridique pour contrer la concurrence si elle devait occuper ce créneau. Il faut savoir qu’aux Etats-Unis, les brevets sont une véritable arme qui permettent de se battre contre des sociétés et que ces dernières utilisent souvent devant les tribunaux. Avec un droit des brevets plus permissif qu’en Europe, les sociétés comme Uber verrouillent en quelque sorte un concept « au cas où ».
  2. Il existe une autre raison plutôt invoquée dans le brevet est celle de profiter d’une nouvelle manière de voyager en Uber notamment avec ses voitures autonomes. En effet, plus vous faites le même trajet, plus il y a de risque que vous puissiez vous ennuyer. Uber propose donc grâce à un système particulier que vous puissiez profiter autrement de votre voyage. En ce sens, la société de San Francisco continue son chemin vers une amélioration constante de son expérience utilisateur. Uber souhaiterait également renouveler cette expérience à l’aune de la sortie de ses voitures autonomes. Ces dernières qui peuvent être relativement anxiogènes par leur nouveauté et l’absence d’un conducteur conduit forcément à repenser l’expérience du voyage.

Comment Uber compte t-il réellement mettre cela en place ?

Voici comment Uber explique le type de système qu’il souhaiterait mettre en place dans ses voitures autonomes pour afficher des expériences en réalité virtuelle :

A virtual reality system is disclosed that provides autonomous vehicle (AV) sensor data to applications such as games and augmented reality overlays to enhance experiences for riders in the autonomous vehicle. Virtual reality headsets offer users unique and interesting experiences, but when used in a changing environment such as a moving vehicle, external stimuli can impair the virtual reality experience. AV sensors can predict these stimuli so that applications can take measures to reduce their impacts on virtual reality experiences. In addition, sensors can include cameras that send live video feeds to virtual reality devices to render improved views of the environment around the AV and of landmarks in a city. Furthermore, virtual reality devices can take advantage of the computing resources in order to offer better performance and more features to applications.

Uber souhaite se servir des capteurs de la voiture autonome pour fournir une expérience en réalité virtuelle ou en réalité augmentée qui suive les mouvements de la voiture tout le long du trajet à des fins d’amélioration du voyage de l’utilisateur. Toutes les données enregistrées par la voiture autonome pourraient ensuite servir à adapter une expérience VR ou AR. On remarquera que cette description est relativement abstraite et intègre le terme « réalité augmentée » alors que c’est un système VR qui est au final décrit…

uber-brevet-realite-virtuelle

Voici comment cela semble fonctionner : la voiture autonome Uber utilise les données récupérées de la route, de ses parcours et de ses différents capteurs et grâce à un système complexe qui intègre ces différentes données cela lui permet de prédire les évènements remarquables qui seront présents tout le long du trajet (exemple : un monument historique, un restaurant, une maison à vendre…) et qui correspondront pourquoi pas « au profil du voyageur ». De ce système-là, une expérience en réalité virtuelle sera générée qui intégrera automatiquement un design particulier lié à la route ainsi que les différents évènements remarquables.

De la VR ou AR dans des voitures autonomes Uber : une fausse bonne idée ?

Si aucun système de réalité augmentée n’est prévu dans ce brevet ni même décrit – mais tout de même noté – on aurait tendance à penser que la réalité augmentée serait une bien meilleure idée que celle d’intégrer de la réalité virtuelle. En effet, la position d’un passager dans une voiture, c’est-à-dire assise dans un fauteuil avec sa ceinture de sécurité limite fortement les déplacements. Au mieux, peut-on envisager avoir une expérience assise à 180 degrés maximum… Peut-on donc vraiment considérer cela comme une véritable expérience en réalité virtuelle ? On reste assez sceptique sur ce point-là.

Le point intéressant c’est la manière dont Uber envisage le trajet à l’intérieur d’une voiture autonome. En effet, la voiture autonome ne sera pas seulement un vecteur de transport dont l’objectif sera de vous emmener d’un point A à un point B, mais il sera vu comme un nouveau media qui a pour projet de vous proposer une expérience (immersive ou non). Si pour l’heure tout reste à inventer aussi bien d’un côté narratif que technique et qu’on est encore peu convaincu par ce brevet, ce dernier a tout du moins le mérite de poser les bases d’un nouveau média sur lesquels que les technologies immersives doivent absolument se pencher à l’avenir.

 

A propos de Milan Boisgard

Fondateur du site GoGlasses.fr, je cherche à comprendre et à analyser le phénomène de réalité virtuelle et augmentée pour en tirer des usages concrets et développer le domaine.