Accueil / Réalité Virtuelle / Théâtre : quand la réalité mixte s’invite sur les planches
theatre-realite-virtuelle-realite-mixte-1253×534

Théâtre : quand la réalité mixte s’invite sur les planches

Royal Shakespeare Company et Intel ont conclu un partenariat articulé autour d’un projet de réalité mixte au théâtre.

La Royal Shakespeare Company est l’une des compagnies de théâtre britanniques les plus populaires du Royaume-Uni. Intel Corporation est elle une entreprise américaine spécialisée dans la construction de cartes mères et processeurs graphiques. A première vue, rien ne lie ces deux institutions. Et pourtant, la troupe de théâtre et la société informatique ont récemment décidé de collaborer ensemble, peut-on lire sur bbc.com. Leur projet ? Faire du théâtre un lieu où la réalité mixte à sa place. Une idée innovante qui a largement séduit Imaginarium Studios (firme ultra réputée pour ses connaissances en motion capture), fondée par Andy Serkis, l’interprète de Gollum dans Le Seigneur des Anneaux.

Le trio a ainsi jeté son dévolu sur The Tempest, célèbre pièce de William Shakespeare. Comment ? En mettant en place un système de motion capture sophistiqué : 17 capteurs de mouvements placés sur l’acteur et 27 projecteurs disposés dans la pièce. Le but étant de capturer chaque mouvement de l’artiste, traduit ensuite en données. Ces dernières sont alors décryptées avant de s’afficher en un avatar virtuel aux côtés du comédien. Le tout en quelques millisecondes, bien évidemment. L’objectif commun des trois groupes étant d’organiser ce type de séance 3.0 huit fois par semaine pendant trois mois.

Penchons-nous désormais sur l’usage même de la réalité mixte au sein du milieu théâtral. L’idée n’est clairement pas à écarter, mais pourrait rebuter certains puristes à l’idée d’apercevoir des éléments digitaux sur scène. Admettons que ces « effets spéciaux » en direct ont du cachet, et pourraient apporter une touche supplémentaire de réalisme à certaines pièces. L’intérêt d’un casque de réalité virtuelle est lui plus discutable. Les spectateurs se verraient couper de la réalité, dans un espace où la dimension humaine est probablement l’une des valeurs maîtresses de la discipline. Plus simplement, certaines pièces de théâtre pourraient faire l’objet de vidéos 360 consultables ensuite sur des plateformes immersives dédiées.

A propos de Grégoire Huvelin

Amoureux des mots, joueur de poker à mes heures perdues et inlassablement animé par les nouvelles technologies qui façonneront notre avenir.