Accueil / Réalité Virtuelle / La réalité virtuelle reconnue comme une activité physique par une université australienne
holodia-sport-fitness-salle-realite-virtuelle-980x446

La réalité virtuelle reconnue comme une activité physique par une université australienne

Une étude de l’Université de Sidney démontre que les jeux en réalité virtuelle peuvent avoir les mêmes effets qu’une activité sportive.

A l’heure où la réalité virtuelle se démocratise progressivement à travers le monde, des scientifiques tentent de comprendre ses effets positifs et négatifs sur notre corps. L’université de Sidney a ainsi réalisé une étude dont la problématique reposait sur la question suivante : certaines expériences immersives ont-elle les mêmes bienfaits que le sport ? Depuis plusieurs mois, les témoignages relatant des pertes de poids significatives grâce à la réalité virtuelle émergent sur la Toile.

> Lire aussi : Sport et réalité virtuelle : un avenir plus que prometteur

Quatre jeux VR au degré d’effort différent 

Les équipes de l’établissement ont donc tenté d’établir le lien en examinant les efforts physiques des participants après une séance de jeu en réalité virtuelle, rapporte Gizmodo. Quatre titres ont été sélectionnés pour l’occasion : Fruit Ninja VR, Hot Squat, Holopoint et Portal Stories : VR, tous ne demandant pas le même degré d’effort. Après une session de à 5 à 10 minutes, le rythme cardiaque des individus étudiés a été relevé, puis comparé à un rythme cardiaque après un exercice physique standard.

« La réalité virtuelle a le potentiel de rendre une activité physique amusante »

Si Portal Stories : VR n’a pas eu grand effet sur les participants, Fruit Ninja VR, Holopoint et Hot Squats ont attiré l’attention des chercheurs. Les trois jeux immersifs ont respectivement été catégorisé comme exercice physique léger, modéré et intense, entraînant des courbatures le lendemain de l’expérimentation. « Les participants ont surtout apprécié le côté distrayant des jeux, sans penser à l’exercice physique. Cela montre que les jeux en réalité virtuelle ont le potentiel de rendre une activité physique amusante et facile d’accès », a déclaré Judy Kay, co-auteur de l’étude et professeur à l’université.

> Lire aussi : [Dossier] : La réalité virtuelle, nouvelle mascotte des salles de sport ?

De son côté, Soojeong Yoo, lui aussi co-auteur de l’étude, précise que « les lignes directrices du pays recommandent d’avoir une activité physique de 2,5 à 5 heures par semaine ». Et de continuer : « Mais ils sont beaucoup à ne pas les respecter. Les jeux VR offrent un moyen d’y parvenir, car ils peuvent être motivants et pratiques ». Une conclusion tirée par plusieurs start-up du secteur (Holodia, HyperSuit), qui ont fait du sport en réalité virtuelle leur spécialité. Des dispositifs adaptés voient progressivement le jour dans des salles de sport.

A propos de Grégoire Huvelin

Amoureux des mots, joueur de poker à mes heures perdues et inlassablement animé par les nouvelles technologies qui façonneront notre avenir.