Accueil / RÉALITÉ VIRTUELLE / Reportage : pour sa première édition, le salon Virtuality fait carton plein
virtuality-realite-virtuelle-birdly-mk2vr-goglasses-2304x1536

Reportage : pour sa première édition, le salon Virtuality fait carton plein

Premier salon parisien dédié à la réalité virtuelle, Virtuality a rencontré un franc succès. Tant auprès des professionnels que du grand public. GoGlasses s’est rendu sur place pour prendre la température. Reportage.

Le fondateur du Virtuality, Olivier Godest, en attendait-il autant ? Organisé au centre culturel CENT QUATRE, à Paris, du vendredi 24 au dimanche 26 février, le salon Virtuality faisait figure de test pour l’industrie française spécialisée dans la réalité virtuelle et augmentée. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que l’événement a résonné dans toute la capitale entière : 4000 professionnels le vendredi, 6000 participants le samedi et autant le dimanche, nous apprend Elsa Fellrath, membre de l’organisation.

> Lire aussi : [5 Questions @] : Olivier GODEST, fondateur du Salon Virtuality

Avec 116 exposants, les visiteurs avaient de quoi assouvir leur curiosité quant aux prototypes et expériences développés par les sociétés tricolores. Un vendredi certes réservé aux professionnels, qui a eu le mérite de rapprocher un peu plus les start-up et grandes compagnies du milieu. Et de voir apparaître les prémices d’une structuration de l’industrie française autour des nouvelles technologies immersives.

virtuality-realite-virtuelle-smart-vr-studio-950x633
L’expérience Backlight Studio – Crédit photo : GoGlasses

Parmi les gros bonnets, l’on retrouvait logiquement des firmes connues et reconnues pour leur travail de qualité, à savoir Backlight Studio : trois expériences au choix, dont leur « Birdy King Land historique », et un contenu VR au réalisme époustouflant plongeant l’utilisateur sur le bord d’une corniche. Une seule et unique mission : récupérer un parfum diesel en moins de deux minutes, tout en faisant preuve de sérénité en se déplaçant au-dessus du vide. Un jeu de tir à l’arc complétait cette offre.

Interview 360 : Backlight Studio

« Nous comptons nous développer sur la communication », a déclaré Fred Lecompte, co-fondateur de Backlight, en évoquant les projets de son entreprise. « Mais aussi sur le marché de l’immobilier et du divertissement, qui commencent à devenir important. Nous avons signé un partenariat avec une société coréenne qui construit des sièges dynamiques et qui va exploiter la licence Birdy King Land », expliquait-il dans notre interview 360 réalisée en partenariat avec l’Agence Blumenlab et Whistle Productions.

Interview 360 : Microsoft Hololens

Le rez-de-chaussée du salon était ainsi composé d’entreprises réputées : Ricoh, SmartVR Studio, Digital Immersion, Nightshift, VRTUOZ, Okio-Studio, MK2VR, MSI, Eydolon, Takoma, Microsoft Hololens ou encore HyperSuit. HyperSuit, jeune pousse en passe de devenir grande, présente au CES 2017 et déterminée à se positionner sur le sportainment, selon ses fondateurs. Comprenez, un mixe entre le divertissement et le sport – du fitness, en l’occurence -, notamment grâce à leur dispositif exosquelette.

Interview 360 : Takoma

Virtuality a également été l’occasion de sortir le grand jeu pour nombre de compagnies qui n’ont pas hésité à exposer leurs technologies motorisées : du Birdly (MK2VR) au simulateur WingSuit (Digital Immersion) en passant par les sièges automobiles de Nightshift, pour ne citer qu’eux. SmartVR Studio, de son côté, a opté pour l’option Excalibur et son épée immersive maniable dans la réalité. Autant de concepts innovants, mais encore réservés à des expériences hyper spécialisées et loin d’être démocratisées auprès du grand public.

Interview 360 : MK2VR

Le sous-sol du CENT QUATRE regroupait lui une pléiade de start-up et structures d’horizons différentes. Le secteur de la santé était notamment représenté par SimforHealth, C2Care, Trois Prime, Revinax, ILumens ou encore le CHU de Nice. « Notre métier est de recréer virtuellement ce que les médecins connaissent soit en formation initiale, soit en formation continue », explique Jérôme Leuleu, en charge du développement stratégique de SimforHealth, en interview 360.

Interview 360 : SimforHealth

Un peu plus loin, l’école des Gobelins est venue présenter un projet étudiant baptisé « HINA ». Ludovic Marguerie, membre de ce travail collectif, nous explique les contours de celui-ci : « On a choisi de faire de la bande dessinée et un jeu d’exploration. On s’est dit : pourquoi pas mettre tout ça dans la VR et réinventer la bande dessinée ? On avait un message fort à faire passer : l’histoire d’HINA parle d’une réfugiée qui doit quitter sa ville bombardée quotidiennement. L’idée est d’utiliser la réalité virtuelle pour créer de l’immersion psychologique et physique », raconte-il au cours d’une interview 360.

Interview 360 : Les Gobelins

L’ambiance plus professionnelle du vendredi a ensuite laissé place à une atmosphère plus électrique le samedi. Allées bondées, regards émerveillés, files d’attentes devant les stands : les néophytes et curieux sont clairement venus en masse pour apercevoir un bout du savoir-faire français. Quelques cries ça et là venant s’ajouter au brouhaha constant du salon, preuve même de la stupéfaction de certains à l’égard des expériences immersives qu’ils ont pu vivre. Au total, 12 000 personnes se sont rendues au salon Virtuality, du samedi 25 au dimanche 26 février.

virtuality-realite-virtuelle-hypersuit-goglasses-950x633
L’Hypersuit – Crédit photo : GoGlasses

Si Virtuality était majoritairement composé d’exposants VR, d’autres firmes ont eux présenté leur technologie de réalité augmentée. A l’instar d’Actimage, dont le test des Microsoft Hololens a suscité l’intérêt des visiteurs. « Je suis content de les avoir essayés », nous confie Pierre, un ingénieur de 25 ans ayant déjà testé la réalité virtuelle. « C’est assez abouti, mais il manque une partie interactive. Le Field of View est aussi trop limité » conclut-il. Shannon, la vingtaine, est tombée sur un stand proposant des « visites d’appartements ». « Un magasin Leclerc a aussi été modélisé, dans lequel on pouvait attraper des objets et aller au rayon enfant. En tant que communicante, j’ai découvert des choses », assure-t-elle.

virtuality-realite-virtuelle-night-shift-goglasses-950x633
Nightshift et ses sièges automobiles motorisés – Crédit photo : GoGlasses
virtuality-realite-virtuelle-voiture-goglasses-950x633
Crédit photo : GoGlasses

Projet GoGlasses : Matterport numérise le salon Virtuality en 3D et en réalité virtuelle

Pour couronner le tout, Virtuality a été le théâtre d’une attention médiatique toute particulière de la part des médias généralistes : TF1 a consacré un reportage à son journal télévisé, tout comme Radio France internationale et Les Echos, relayant l’événement par le biais d’un live Facebook. GoGlasses en a lui profité pour réaliser un scan 3D d’une partie du salon grâce à sa technologie Matterport. Une numérisation d’un espace intérieur largement relayée par le salon et les acteurs professionnels présents, qui ouvre ici la voie aux visites virtuelles en trois dimensions.

Mais Virtuality, c’était également la tenue de 69 conférences organisées dans deux salles différentes, Unity et Accenture, qui revenaient sur des sujets aussi divers que variés, tels que le Social VR, le Gaming, la santé, la formation, les usages professionnels, le marketing, la narration interactive, le cinéma, ou encore l’immobilier, le divertissement, le sport et le WebVR. Sans occulter le concours start-up mené sous la houlette de NUMA, qui a récompensé Timescope, élu vainqueur pour son concept de borne de réalité virtuelle en libre-service. Bref, en trois mots : vivement l’année prochaine.

A propos de Grégoire Huvelin

Amoureux des mots, joueur de poker à mes heures perdues et inlassablement animé par les nouvelles technologies qui façonneront notre avenir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire les articles précédents :
samsung-gear-vr-controleur-780×520
MWC 2017 : un Samsung Gear VR muni d’un contrôleur confirmé par Samsung

Pas de nouveau casque en soi, mais un nouveau contrôleur pour le Gear VR qui a pour objectif d'améliorer l'immersion.

matterport-goglasses-salon-virtuality-2017-900x481
Découvrez la visite virtuelle du Salon Virtuality avec Matterport par GoGlasses

GoGlasses était présent au Salon Virtuality 2017 pour partir à la rencontre des startups et entreprises qui feront la réalité...

Fermer