Accueil / Réalité Virtuelle / Procès Oculus VR – Facebook / ZeniMax : le point complet
oculus-vs-zenimax-636×358

Procès Oculus VR – Facebook / ZeniMax : le point complet

Oculus VR, et par conséquent Facebook, est embourbé dans un procès contre ZeniMax, qui l’accuse d’avoir dérobé des données technologiques sur l’Oculus Rift.

A peine a-t-il commencé qu’il défraie déjà la chronique. Le procès Oculus VR – Facebook / ZeniMax a débuté le 10 janvier 2017. Trois protagonistes : Oculus VR, Facebook et ZeniMax. En apparence, cette affaire juridique pourrait ressembler à n’importe quelle autre querelle du milieu du business. Elle est en fait bien plus complexe. Pour mieux saisir les enjeux du conflit qui oppose d’un côté Facebook et sa filiale Oculus VR, et de l’autre ZeniMax, Goglasses fait un point complet sur l’historique des sociétés et des hommes placés au coeur de ce combat judiciaire. 

Rappel historique des tenants et aboutissants de l’affaire : Qui est qui ? 

john-carmack-palmer-luckey-oculus-vr-proces-3000x1500
Palmer Luckey (à gauche) et John Carmack (à droite)

 

  • Palmer Luckey : fondateur d’Oculus VR en juin 2012.
  • John Carmack : programmeur et fondateur d’id Software, rachetée par ZeniMax le 24 juin 2009.
  • ZeniMax : studio américain de développement de jeux vidéo, notamment à l’origine des célèbres Doom et Quake.

Jusque-là, tout va bien. Pour résumer, nos deux protagonistes que sont John Carmack et Palmer Luckey se sont tout deux lancés dans l’aventure entrepreneuriale en fondant leur propre start-up. Ils ne le savaient pas encore, mais un point commun qui les unira dans le futur va changer leur vie : la réalité virtuelle. Les deux hommes se rencontrent. Conquis, John Carmack demande à son acolyte un prototype pour une démonstration VR sur Doom 3. En parallèle, ZeniMax s’intéresse progressivement à la réalité virtuelle en développant quelques technologies loin d’être abouties.

Lancement d’Oculus VR et accord de non-divulgation

oculus-vr-631x382

 

  • 15 avril 2012 : Palmer Luckey évoque son projet de casque de réalité virtuelle open-source sur le forum tbs3d.com. Son objectif : financer son idée grâce à une campagne de financement participatif, sur KickStarter. John Carmack soutient la campagne.
  • Mai 2012 : id Software (John Carmack), qui appartient donc à ZeniMax, et Oculus VR (Palmer Luckey) signent un accord de non-divulgation concernant le travail de John Carmack, employé de Zenimax, sur des projets de réalité virtuelle.
  • Juin 2012 : Oculus VR lève 2 437 429 $.

Les choses sérieuses commencent. Palmer Luckey part à la conquête des casques de réalité virtuelle grâce à une levée de fonds ambitieuse mais réaliste, que Carmack n’hésite pas à soutenir. Rapidement, ZeniMax et Oculus VR signent un accord stipulant la non-divulgation de données VR sur lesquelles travaillaient Carmack.

Mercato et accusation

oculus-vs-zenimax-636×358

  • 26 septembre 2012 : début des précommandes de l’Oculus Rift.
  • 7 août 2013 : John Carmack quitte id Software, filiale de ZeniMax.
  • 26 septembre 2013 : John Carmack rejoint Oculus VR en tant que directeur technique.
  • 24 mars 2014 : rachat de Facebook pour 2 milliards.

Viens le temps des accusations. Le 1er mai 2014, ZeniMax accuse Oculus VR d’avoir enfreint l’accord de non-divulgation. Le 21 mai 2014, la société de production porte plainte contre Oculus VR, et affirme que Facebook a acquis Oculus VR en sachant que la technologie ne lui appartenait pas. En d’autres termes, ZeniMax soupçonne John Carmack d’avoir dérobé des codes de programmations VR de l’entreprise, utilisés pour le projet de développement de l’Oculus Rift.

Ouverture du procès, Mark Zuckerberg à la barre 

Mark-Zuckerberg-oculus-vr-1500x1000

Voilà pour les faits. Ouvert le 10 janvier 2017, le procès Oculus VR – Facebook / Zeni Max a pour objectif de déceler le vrai du faux : la technologie et les connaissances d’Oculus VR proviennent-elles, ou non, de ZeniMax ? A-t-on assisté à un partage illicite de données entre Carmack et Luckey, dans le cadre de la conception de l’Oculus Rift ? Si partage de données il y a eu, proviennent-elles de ZeniMax ou d’un travail personnel réalisé en side par John Carmack ? 

Mark Zuckerberg, le patron de Facebook, s’est présenté à la barre le mardi 17 janvier 2017. « Il n’y a rien de semblable avec notre code », a-t-il avancé. De son côté, ZeniMax réclame la somme symbolique de deux milliards de dollars, soit le montant exact du rachat d’Oculus VR par Facebook, en 2014.

A propos de Grégoire Huvelin

Amoureux des mots, joueur de poker à mes heures perdues et inlassablement animé par les nouvelles technologies qui façonneront notre avenir.