Accueil / Réalité Virtuelle / Google lance Poly : une plateforme pour partager des objets 3D pour la VR et l’AR
poly-google-vr-ar-objet-3D-950x526

Google lance Poly : une plateforme pour partager des objets 3D pour la VR et l’AR

Poly est la toute nouvelle plateforme de partage d’objets 3D créée par Google. Une plateforme qui va probablement prendre de l’importance dans les années à venir dans la VR et l’AR.

Poly : échangez des objets et scènes en 3D

Google vient tout juste de dévoiler une toute nouvelle plateforme de partage d’objets et de scène 3D nommée Poly. Cette plateforme est totalement intégrée avec deux autres applications de Google maintenant bien connues que sont Tilt Brush et Blocks. Les objets 3D et scène développés sur ces deux dernières applications présentes sur Oculus Rift et HTC Vive peuvent être directement téléchargés sur Poly et partagés avec la communauté.

Ci-dessous une scène 3D faite avec l’application Blocks :

Une scène faite ci-dessous avec Tilt Brush :

L’idée derrière Poly est de combiner deux sites autrefois distincts qui étaient Sketches (pour Tilt Brush) et Objects (pour Blocks). Une redirection de ces sites a d’ailleurs était faite et ils n’existent plus. Poly a donc pour objectif de donner plus de cohérence au projet en combinant la puissance des deux applications. En se servant de ces deux sites, Google lance donc Poly avec des milliers d’objets 3D déjà présents.

L’intérêt de la plateforme est certes de pouvoir se servir de ces deux applications pour créer des objets et scènes 3D, mais également de pouvoir en télécharger d’autres créés avec d’autres logiciels tels que Maya, Blender ou AutoCAD. Il faut seulement que votre fichier possède une extension .OBJ ou .MTL. 

L’autre point important est que la plupart des objets 3D sont créés sous une licence « CC BY 3.0 » et permettent à tout un chacun de pouvoir « remixer un objet« , c’est-à-dire de pouvoir changer sa forme, ses couleurs… et de réutiliser ensuite cet objet 3D dans vos propres créations. On peut imaginer par contre qu’à l’avenir d’autres licences viendront compléter cela et surtout que des ventes d’objets et de scènes 3D viendront se greffer à la plateforme Poly.

Enfin, Poly permet également de créer un GIF téléchargeable du modèle 3D que vous pouvez facilement intégrer sur les sites web. En outre, une consultation via Cardboard et Daydream est déjà disponible sur les mobiles.

Poly : développer la VR et l’AR avec cette plateforme

L’objectif également de cette plateforme se situe également dans les domaines de la réalité virtuelle et la réalité augmentée. En effet, comme le notent la plupart des personnes qui travaillent dans la réalité virtuelle ou dans la réalité augmentée : il est parfois difficile de trouver des modèles 3D pour créer ses scènes ou illustrer un propos. Avec une plateforme comme Poly qui se rempli chaque jour de nouveaux contenus, il sera clairement plus simple de trouver ses objets ou scènes 3D. Que vous soyez développeurs ou journaliste, ce type de plateforme pourrait bien vous faciliter la vie dans votre travail.

Et bien évidemment Google compte sur le développement important de cette plateforme dans les prochaine années avec le développement d’ARKit et d’ARCore. C’est notamment tout le WebXR (combinaison du WebVR et du WebAR) qui va pouvoir bénéficier de tout cela.

D’un point de vue de la concurrence, on s’interroge notamment sur le futur de SketchFab qui est actuellement très connu sur des développeurs 3D et des designers 3D. Si ce dernier est là depuis plusieurs années, un acteur comme Google qui se positionne sur ce créneau et qui possède deux très grosses applications de design 3D (Tilt Brush et Blocks) sera pour sûr un très gros challenger sur ce domaine. A voir si la plateforme Poly pourra tout de même rivaliser et proposer des fonctionnalités intéressantes pour le développeurs, designers et les utilisateurs. Ce dont on ne doute pas !

A propos de Milan Boisgard

Fondateur du site GoGlasses.fr, je cherche à comprendre et à analyser le phénomène de réalité virtuelle et augmentée pour en tirer des usages concrets et développer le domaine.