Accueil / Réalité Virtuelle / Comment la réalité virtuelle améliore l’équipe d’Allemagne de football ?
equipe-allemagne-football-realite-virtuelle-990x550

Comment la réalité virtuelle améliore l’équipe d’Allemagne de football ?

La fédération allemande de football s’est rapprochée de STRIVR pour intégrer la réalité virtuelle dans le programme d’entraînement de son équipe nationale.

La réalité virtuelle a-t-elle aidé la Nationalmannschaft a égalisé dans les dernières secondes lors du match amical disputé contre la France (2-2), mardi 14 novembre 2017 ? Une question que l’on pourrait désormais se poser au regard du dernier projet du laboratoire technologique de la DFB (Deutscher Fußball-Bund, ou fédération allemande de football) : utiliser la réalité virtuelle pour améliorer le niveau de ses joueurs, peut-on lire dans les colonnes du Daily Dot.

La réalité virtuelle pour affiner l’analyse et la prise de décision

La DFB a effectivement fait appel aux services de STRIVR, qui se décrit comme le leader des entraînements sportifs VR. STRIVR a notamment collaboré avec l’équipe de football américain Arizona Cardinals, les joueurs NBA des Washington Wizards mais aussi les Blackhawks de Chicago, franchise professionnelle de hockey. Avant de traverser les frontières du pays de l’Oncle Sam, et de débarquer au coeur du Vieux Continent.

strivr-nba-entrainemen-realite-virtuelle-990x650

« Nous sommes nouveaux dans la réalité virtuelle, […] mais nous voulons être les premiers », a déclaré Nicolas Jungkind, directeur du laboratoire technologique de la DFB. « Pour l’année 2017/2018, notre objectif principale est de se focaliser sur la cognition. Et la réalité virtuelle convient parfaitement à ce que nous cherchons à accomplir », a-t-il estimé. Ainsi, l’équipe d’Allemagne Espoirs bénéficie d’un dispositif en réalité virtuelle pour travailler plus particulièrement sur la prise de décision et l’observation.

La réalité virtuelle pour imaginer n’importe quel scénario d’entraînement

Mais les instigateurs du projet ont été confrontés à plusieurs difficultés. Si le football américain est un sport aux nombreux arrêts de jeu, le football européen se veut bien plus rapide et fluide, et de facto plus compliqué à décliner en réalité virtuelle. C’est pourquoi seuls les gardiens des U21 allemands ont le droit à des d’entraînements en réalité virtuelle, principalement articulés autour de séances de tirs au buts ou cours de laquelle un portier doit faire preuve d’analyse et d’observation.

Concrètement, le travail de l’utilisateur est de disséquer les moindres faits et gestes du tireur, comme sa course, sa vitesse, son nombre de pas, l’ouverture de son corps, son regard ou encore l’orientation de son pied. Le tout dans une expérience immersive où n’importe quel scénario peut être envisagé par les entraîneurs. « Les joueurs ont apprécié et se sont pris au jeu. Tout ce qu’ils veulent, c’est devenir plus fort. S’ils réalisent que nous faisons des efforts pour les rendre meilleur, ils apprécieront tout ce travail », a résumé Nicolas Jungkind.

A propos de Grégoire Huvelin

Amoureux des mots, joueur de poker à mes heures perdues et inlassablement animé par les nouvelles technologies qui façonneront notre avenir.