Accueil / Réalité Virtuelle : Actualités VR / En Occitanie, la réalité virtuelle pour mieux apprendre l’anglais
occitanie-apprentissage-anglais-vr-852x480

En Occitanie, la réalité virtuelle pour mieux apprendre l’anglais

En Occitanie, trois lycées ont accepté d’intégrer un programme pilote visant à enseigner l’anglais grâce à la réalité virtuelle. Une première en France.

Projet APPLIM : la réalité virtuelle comme outil d’apprentissage

Si plusieurs écoles supérieures ont déjà jeté leur dévolu sur la réalité virtuelle – comme nouvelle méthode d’apprentissage ou comme filière à part entière -, aucun lycée français n’avait jusque-là porté le moindre intérêt sur cette technologie grandissante. C’est désormais chose faite depuis l’officialisation du programme APPLIM (APprentissage des Langues par IMmersion), lancé par l’académie de Toulouse et soutenu financièrement par le Ministère de l’éducation nationale, nous apprend le site France Bleu.

Au total, trois classes de lycées professionnels font partie de ce programme visant à apprendre l’anglais grâce à la réalité virtuelle. Sont concernés : le lycée François Camel de Saint Girons (Ariège), le lycée du bâtiment de topographie de Beaumont de Lomagne (Tarn-et-Garonne) et le lycée Jean-Pierre Vernant de Pins-Justaret (Haute-Garonne). Douze casques de réalité virtuelle et téléphones ont été attribués aux trois établissements, équivalent à 15 000 € de matériels par structure.

apprendre-anglais-vr-990x550

La réalité virtuelle pour stimuler et améliorer l’engagement

Le principe est simple : les élèves se retrouveront immergés aux côtés de correspondants étrangers avec lesquels ils échangeront dans des environnements VR communs. De la création 3D ferait aussi partie des fonctionnalités de l’application utilisée. « Dans cet environnement virtuel, les élèves vont percevoir des sensations. C’est la base de la communication, on est davantage dans l’authentique, on parle anglais réellement pour communiquer », explique Sabine Aligé, inspectrice de l’éducation nationale en lettres-anglais, dans les colonnes de France Bleu.

« On sait que les jeunes d’aujourd’hui sont toujours en quête de nouveaux outils, donc cela créé un facteur motivation supplémentaire », continue-t-elle. Ici, la réalité virtuelle est donc perçue comme un outil innovant capable de stimuler et d’améliorer l’engagement de l’élève. « C‘est super qu’on nous propose une autre façon d’enseigner, et particulièrement en lycée professionnel où les élèves ont souvent été démotivés par le collège, par un niveau qu’ils n’arrivaient pas à atteindre », s’est enthousiasmée une professeur d’anglais. A l’issue des trois ans d’expérimentation, une thèse de recherche analysera les résultats trouvés.

A propos de Grégoire Huvelin

Amoureux des mots, joueur de poker à mes heures perdues et inlassablement animé par les nouvelles technologies qui façonneront notre avenir.