Accueil / Réalité Augmentée / Snapchat rachète Cimagine pour faire du shopping en réalité augmentée
cimagine-realite-augmentee-snapchat-1696×866

Snapchat rachète Cimagine pour faire du shopping en réalité augmentée

Snap.Inc, la société a l’origine du réseau social Snapchat extrêmement prisé par les adolescents, et qui a récemment dévoilé ses lunettes connectées Spectacles, vient d’annoncer le rachat d’une société israélienne nommée Cimagine, à hauteur de 40 millions de dollars. Cimagine est spécialisée dans les expériences en réalité augmentée. Cette dernière a déjà développé des expériences en réalité augmentée pour des entreprises comme Coca-Cola…

ou encore John Lewis dans le cadre de showroom en magasin.

Pour les observateurs attentifs du milieu de la réalité virtuelle et augmentée, ce n’est pas véritablement une surprise que Snapchat se lance dans la réalité augmentée. En effet, l’ajout quasiment quotidien de filtres sur la célèbre application ainsi que le rachat de Seene en 2016 semble annoncer que l’entreprise souhaite de plus en plus intégrer des expériences AR. Si elle n’est pas la seule compagnie à proposer ce genre d’expériences et que des sociétés comme Microsoft avec ses lunettes Hololens a commencé à développer de très nombreuses expériences et concepts en réalité augmentée, il y a fort à parier que Snapchat fait partie des entreprises les mieux placées pour rendre accessible et facile d’utilisation la réalité augmentée.

Alors que peu de personnes peuvent tester les Microsoft Hololens ou même le Phab 2 Pro de Lenovo qui intègre Tango (la technologie de réalité augmentée de Google), l’intégration de toutes ces expériences sur l’application de Snapchat a de quoi rendre rapidement mainstream la technologie auprès du grand public. L’avantage de cette solution, vous l’aurez compris, c’est qu’elle nécessite pas nécessairement de devoir changer de smartphone. Si les prochains smartphones vont intégrer de nombreux capteurs qui vous permettront d’utiliser et de créer des expériences en réalité augmentée, il n’en demeure pas moins que la solution Cimagine permet d’intégrer l’AR aux smartphones actuels. C’est donc une solution à court-terme qui permet à Snapchat de rentrer rapidement dans le domaine de l’AR sans devoir attendre que des millions d’utilisateurs aient à changer de smartphones.

Quels sont les usages que Snapchat compte développer avec la réalité augmentée ?

Pour l’instant la société n’a pas communiqué sur ses projets liés à ses rachats, mais il n’est pas compliqué d’imaginer différents usages possibles avec le rachat de la société Cimagine. En effet, Snapchat pourrait vous proposer d’intégrer un fauteuil en réalité augmentée dans votre environnement par exemple. Vous prenez ensuite un snap de votre salon avant de l’envoyer à vos amis qui peuvent vous conseiller ou non de l’acheter. Avec une telle fonctionnalité, Snapchat pourrait devenir une plateforme de v-commerce (une plateforme de e-commerce mais qui intègre des éléments virtuels). Vous pourrez également envisager qu’en tant que marque vous puissiez également proposer à des marques de donner une nouvelle expérience produit via un jeu ou encore la possibilité de modeler le produit (changement de couleur, de formes…).

cimagine-snapchat-1024×458

Avec la réalité augmentée, c’est un nouveau pan du shopping immersif qui semble se dessiner pour les prochaines années. Et ce shopping 3.0 ira bien plus loin que l’intégration de la réalité augmentée sur le smartphone. En effet, le développement de plus en plus rapide des lunettes connectées sera un acteur majeur de la réalité augmentée auprès du grand public et des professionnels. La vente progressive des lunettes connectées Snapchat Spectacles en est la preuve. Si actuellement ces dernières ne peuvent pas vous proposer des expériences en AR, il n’en demeure pas moins que cela sera probablement le cas dans les prochaines années.

A propos de Milan Boisgard

Co-fondateur du site GoGlasses.fr, je cherche à comprendre et à analyser le phénomène de réalité virtuelle et augmentée pour en tirer des usages concrets. Je suis également le CEO de Diskovr.