Accueil / Réalité Augmentée / Le marché de la réalité augmentée sur mobile est déjà bien intégré en Chine
chine-realite-augmentee-smartphone-950x534

Le marché de la réalité augmentée sur mobile est déjà bien intégré en Chine

Alors que la réalité augmentée arrive progressivement sur les smartphones, la Chine a déjà adopté ce nouveau média et force est de constater que l’engouement semble au rendez-vous.

Vous l’avez déjà constaté dans les colonnes de GoGlasses : le marché de la réalité virtuelle est en plein boom et ne cesse de progresser, notamment dans le domaine du gaming VR. Mais qu’en est-il à l’heure de la réalité augmentée sur mobile et des sorties ARKit et ARCore ?

La réalité augmentée en Chine : « mobile first »

A la différence de certains GAFAM qui sont allés dans le domaine la réalité augmentée par le prisme des lunettes, la Chine et ses géants technologiques ont choisi de privilégier le mobile. Pourquoi ? Tout simplement parce que l’Empire du Milieu est le pays qui possède le plus de smartphones au monde, avec presque 1,4 milliards de smartphones en 2017. Afin de pouvoir démocratiser la réalité augmentée quoi de mieux que de se servir de cet immense marché qui s’offraient à eux ?

chine-realite-augmentee-goglasses-712x400

Cette approche est la même que celle suivie par Apple avec le lancement d’ARKit qui n’a pour l’heure pas dévoilé de lunettes de réalité augmentée. « Mobile first » avant « Glass first« . Toutefois, les géants chinois, ne sont pas ceux que nous connaissons dans les pays occidentaux. En effet, exit les GAFAM au profit de Baidu, Tencent, WeChat ou encore Alibaba. En Chine, ces applications mobiles sont parmi les plus célèbres et celles qui génèrent le plus de revenus. A titre d’exemple, une application WeChat gère 938 millions d’utilisateurs par mois. Outre cela, c’est une application qui intègre plusieurs applications tierces pour assurer une rétention maximum : réservation de taxi directement depuis l’application, achat, envoi d’argent, mini-jeux… Une application totalement « APIsée » qui fait venir progressivement la réalité augmentée dans son giron. Les chinois l’ont donc bien compris : la réalité augmentée sur mobile a un bel avenir devant elle et les géants technologiques cherchent à s’engouffrer dans la brèche pour pouvoir profiter de ces nouveaux revenus.

La réalité augmentée sur mobile en Chine : pour quelles applications ?

Avec la sortie d’ARKit (Apple) et d’ARCore (Google), bon nombre de développeurs ont démarré de nouvelles applications en réalité augmentée et certaines entreprises ont bien compris l’intérêt de choisir ce domaine pour développeur leur marque. Néanmoins, le milieu technologique chinois et les usages ne sont pas les mêmes qu’aux Etats-Unis ou même en France. Vous ne pouvez pas calquer les usages de ces pays sans prendre le risque que votre application ne fonctionne pas car ne correspond pas aux habitudes de tel ou tel pays. Au-delà des usages, il faut également prendre en compte qu’en Chine l’information est fortement contrôlé et qu’il existe ce qu’on appelle le « Great Firewall« . En d’autres termes, si vous n’utilisez pas de VPN vous ne pourrez pas accéder aux contenus occidentaux. A titre d’exemple, Pokemon Go a fini par être interdit en Chine (la raison évoquée étant les problèmes liés aux trop grands rassemblements de joueurs en un lieu et que cela pourrait porter atteinte à la sécurité des personnes…). Cela a permis aux géants technologiques chinois de fortement prospérer dans ce pays (Baidu, WeChat…) sans avoir en parallèle la concurrence occidentale des GAFAM. En termes de réalité augmentée, il faut savoir que les chinois sont au final assez friands de ce type de technologie. Et alors qu’Apple et Google arrivent avec leur SDK, la Chine est depuis plusieurs mois déjà en train d’expérimenter la réalité augmentée sur mobile.

Commençons par Baidu, le moteur de recherche numéro 1 en Chine. Ce dernier a lancé depuis presque 1 an son laboratoire dédié à la réalité augmentée et une plateforme dédié à l’AR appelée « DuSee ». Avec cette dernière de grandes multinationale telles que l’Oréal Chine, Lancôme et Mercedes-Benz ont sorti des contenus dédiés. D’après les premiers chiffres, les expériences atteignent collectivement 1 milliard d’utilisateurs actifs par mois ! La plateforme permet de créer des expériences en réalité augmentée et aux utilisateurs d’interagir avec des images 3D via le mobile (tablette incluse). Du point de vue de ses utilisateurs, la plateforme AR de Baidu permet d’avoir des effets en réalité augmentée sur certains types de mots clés. Toutefois, Baidu pense pouvoir mettre en place de la réalité augmentée dans d’autres domaines tels que le tourisme. A titre d’exemple, le moteur de recherche chinois a fait un partenariat avec le gouvernement de la province Hubei pour créer une carte interactive du site Shennongjia. Cette application permet de d’avoir en réalité augmentée les directions vers les hôtels ou les bonnes routes à suivre.

D’un point de vue marketing, Baidu a dévoilé un partenariat avec la société Yum! pour créer des coupons en réalité augmentée. Le principe était le suivant : les utilisateurs rentrant dans un restaurant tel que KFC devait trouver des coupons virtuels via un application de réalité augmentée. Une fois ces derniers trouvés, ils donnaient lieu à une réduction sur le repas. Pour les trouver il suffisait de scanner les stickers présents sur les tables avec son smartphone et ensuite de voir vous arriviez à trouver des coupons. Selon Baidu, le jeu a été joué 400 000 dans les 3 jours qui ont suivi son introduction. Des chiffres qui font rêver pour une campagne marketing.

De son côté, Tencent via QQ (application de messagerie) et Alibaba via Alipay ont eux lancés des jeux pour smartphone lors du nouvel an chinois. Le principe était très similaire à l’application décrite ci-dessus. Les utilisateurs devaient dans chaque cas scanner un objet physique avec la caméra de leur smartphone afin de trouver des coupons de réduction pour l’achat de ces objets. Autre point intéressant concerne l’investissement sur ces campagnes : Tencent a investit 43 millions de dollars et Alibaba 29 millions de dollars. Des sommes énormes mais qui sont directement compensés par un ROI souvent impressionnant. Une campagne similaire en 2014 (basé plutôt sur le géotagging d’objets sur lesquels il y avait des réduction) avait permis l’augmentation de 200 millions d’utilisateurs pour WeChat.

Concernant WeChat, la réalité augmentée est bien évidemment au programme. Comme nous vous en parlions déjà sur GoGlasses, WeChat va s’impliquer d’avantage sur la réalité augmentée. Ce dernier prévoit effectivement de lancer très prochainement QAR, son propre framework pour créer des applications en réalité augmentée. WeChat développerait également son propre SLAM et moteur de rendu 3D. L’idée pour WeChat est par la suite de proposer des « mini-programs AR » sur le format des « mini-programs » déjà existants.

La réalité augmentée sur mobile en Chine : quels enseignements ?

chine-realite-augmentee-600x398

Force est de constater que l’intégration de la réalité augmentée en Chine n’est pas chose nouvelle et que les chinois semblent être friands de ce type de technologie et enclins à les utiliser dans leur vie quotidienne. Une belle opportunité pour les marques chinoises et européennes (présentes sur le sol chinois) d’intégrer dans leur applications des éléments en réalité augmentée.

De ce rapide coup d’oeil sur l’Empire du Milieu et sa relation avec la réalité augmentée sur mobile, on peut en tirer quelques rapides enseignements :

  1. Si vous désirez développer une application mobile AR pour le marché chinois, préférez l’utilisation des frameworks et API existantes proposées par les géants du net plutôt qu’ARKit ou ARCore. Pourquoi ? Tout simplement, parce que vous l’avez bien vu ci-dessous, ces derniers se basent sur une plateforme qui a déjà une base d’utilisateurs gigantesque qui vous permettra de toucher plus facilement vos clients. Les SDK ARKit et ARCore vous permettront bien évidemment de développer des apps AR, mais ne vous permettront pas de toucher une cible aussi grande si vous n’utilisez pas le bon framework/SDK.
  2. De ce premier point, il en découle le point suivant : il semble qu’il va y avoir dans les prochains mois une véritable concurrence des frameworks et SDK AR. Les petits nouveaux que sont ARKit et ARCore ne vont probablement pas remporter la mise. En effet, la plupart de toutes les autres applications célèbres en Chine utilisent leur propre plateforme pour créer des applications en réalité virtuelle. Par conséquent, les SDK d’Apple et de Google ne seront ici d’aucune aide et les développeurs ne pourront pas capitaliser sur leurs connaissent Swift et Android. Néanmoins, il y a tout de même de forte chance que ces derniers retrouvent des similarités dans les développements et qu’il n’y ait donc pas à réapprendre de A à Z le développement AR. A savoir : Facebook propose et développe son propre SDK pour intégrer de la réalité augmentée via la caméra du smartphone. Par conséquent, si vous souhaitez développer une application AR, posez-vous la question suivante : qui souhaitez-vous toucher ?
  3. Il existe encore peu d’exemples d’applications en réalité augmentée qui ont eu un immense retentissement (à part Pokemon Go), notamment dans le domaine marketing. Néanmoins, sur les applications citées ci-dessus, on remarque que toutes utilisent une mécanique liée au jeu qui permet d’intégrer une certaine addiction pour le client ainsi qu’un système de « couponing« . A voir si en France, ce type de mécanique prendra aussi bien. En effet, les chinois sont habitués à effectuer du « scan » d’objets et notamment beaucoup du QR Code. Cela est donc rentré dans leurs habitudes, ce qui est moins dans les habitudes des français. Mais la possibilité d’avoir une réduction pourrait peut-être faire changer la donne ?

La Chine pourrait donc être un des pays les mieux positionnés sur le marché de la réalité augmentée. On espère que la France pourra rentrer dans le jeu et mettre en place prochainement de nombreuses applications AR.

A propos de Milan Boisgard

Fondateur du site GoGlasses.fr, je cherche à comprendre et à analyser le phénomène de réalité virtuelle et augmentée pour en tirer des usages concrets et développer le domaine.