Accueil / Réalité Augmentée / Apple ARKit vs Google Tango : qui remportera la bataille de la réalité augmentée sur mobile ?
apple-arkit-vs-google-tango-realite-augmentee-990x495

Apple ARKit vs Google Tango : qui remportera la bataille de la réalité augmentée sur mobile ?

En officialisant la sortie de son kit de développement ARKit, Apple est directement venu concurrencer la technologie Tango de Google. Mais l’affaire n’est-elle pas déjà pliée ?

Deux multinationales appartenant aux GAFAM, deux technologies différentes, mais des ambitions aussi grandes d’un côté comme de l’autre : Google et Apple sont sur le pied de guerre, et comptent bien devenir la référence de la réalité augmentée sur mobile. Une aventure dans laquelle s’est lancée la firme de Mountain View il y a 3 ans en évoquant les prémices du Projet Tango, rejoint par la marque à la pomme il y a maintenant un mois et demi. Trois ans de retard et de silence, qu’Apple a semble-t-il déjà rattrapé.

> Lire aussi : Apple dévoile ARkit pour faire de la réalité augmentée sur iPhone et iPad

ARKit vs. Tango : Apple en avance sur le nombre de téléphones compatibles

C’est en 2014 que le nom de Project Tango a pour la première fois fait son apparition auprès des professionnels et du grand public. Un projet mystérieux, dont le voile s’est progressivement levé au fil des années et des conférences dédiées. Globalement, Tango est une plateforme qui utilise la vision par ordinateur afin de donner la possibilité de comprendre le monde dans lequel il se trouve. C’est donc à la fois une combinaison de softwares et d’hardwares développés par Google et ses partenaires pour les téléphones et tablettes Android.

Ces derniers sont dotés d’une caméra grand angle, d’une caméra de profondeur, d’un capteur d’horodatage ainsi qu’un software permettant d’utiliser le tracking de mouvement (motion tracking), l’apprentissage environnemental (area learning) et la captation de profondeur (depth sensing). Derrière Tango, ce sont les techniques de SLAM qui sont utilisées (Simultaneous Localization and Mapping). Grâce à cette combinaison hardware et software, il est possible de cartographier un espace, l’analyser et y superposer des éléments en réalité augmentée.

realite-augmentee-tango-home-staging-lowes-990x470
La réalité augmentée avec Tango

En face, l’ARKit d’Apple, fraîchement débarqué au début du mois de juin 2017, lors de la WWDC 2017. Comme son nom le suggère, l’ARKit est un kit de développement permettant aux développeurs de créer des applications en réalité augmentée uniquement sur iPhone et iPad, et à partir du système d’exploitation iOS 11. C’est également la technique du SLAM qui a été utilisée mais avec des technologies différentes que celles de Tango. Pour ce nouveau bébé, Apple a fait du Apple : travailler secrètement, puis publier un produit abouti susceptible de toucher un large public. A contrario de Google, qui a communiqué dès le début sur Tango sans que la technologie ne soit réellement prête pour le marché.

> Lire aussi : iOS 11 : Liste des iPhone et iPad compatibles avec la réalité augmentée ARKit

Sur le papier, Apple dispose d’un retard de trois ans. Pourtant, la multinationale semble avoir pris un train d’avance, et ce pour plusieurs raisons. Quand Google a tardé à révéler les premiers devices compatibles avec la technologie de réalité augmentée Tango – au nombre de deux, le Lenovo Phab 2 Pro et l’Asus ZenFone AR -, Apple n’a lui pas mis longtemps à dévoiler une liste plus fournie : iPhone SE, iPhone 6s, iPhone 6s Plus, iPhone 7, iPhone 7 Plus, iPad Pro (tous les modèles) et iPad 9,7 pouces (2017).

arkit-apple-sdk-ar-950x431
La réalité augmentée avec ARKit

Cette différence majeure impact négativement Google : les appareils mobiles Apple ont un taux pénétration bien plus important que le Lenovo Phab 2 Pro et l’Asus ZenFone AR. En 2016, la compagnie fondée par le défunt Steve Jobs a vendu 78,3 millions d’iPhone. Par ces chiffres, il sera beaucoup plus facile pour Apple de démocratiser la réalité augmentée à travers l’ARKit, prévu au quatrième trimestre 2017. Un laps de temps bien court pour Google, confronté à un vrai problème de compatibilité mobile sur lequel il a vainement tenté de se rattraper à la Google I/O 2017, en annonçant une dizaine de nouveaux téléphones compatibles au cours des prochains mois.

Applications en réalité augmentée : Apple prend l’avantage

C’est un constat sans appel : en quelques semaines, le nombre de POC (Proof of Concept) développés avec l’ARKit a largement dépassé celui de Tango. Le kit de développement mis à la disposition des développeurs a vu fleurir une ribambelle de prototypes d’applications, que les internautes découvrent avec un délicieux plaisir. Outre la quantité de contenus, c’est bien la qualité et le réalisme de ces derniers qui font couler beaucoup d’encre. Les éléments AR sont parfaitement intégrés à la réalité, nous donnant ainsi un aperçu des prochains usages mobiles sur iPhone et iPad.

Les applications de Google Tango ont elles majoritairement été développées en interne, ou en collaboration avec des partenaires comme Lowe’s et Gap. Mais aucun SDK comme celui de l’ARKit n’a été publié. Conséquences : il faut généralement attendre les conférences Google pour entrevoir les quelques exemples de contenus. En clair, l’Apple Store va s’imposer comme la première plateforme d’applications AR dès cet automne, alors que Google travaille sur sa technologie depuis maintenant trois ans, sans qu’elle n’apparaisse comme la référence dans le secteur de la réalité augmentée sur mobile.

> Lire aussi :Google I/O 2017 : Tango, le point complet sur les dernières mises à jour

Si Google travaille actuellement à développer la réalité augmentée sur mobile avec le WebAR, avec une équipe restreinte mais qui a déjà démontré des résultats plus qu’encourageant, l’avantage que pourrait prendre Apple est extrêmement fort.

Facebook et Snapchat, des outsiders à surveiller

Apple et Google ne sont pas les seuls à s’être positionnés sur le créneau : Snapchat et Facebook le sont aussi. Le premier en est d’ailleurs l’un des précurseurs, proposant depuis déjà plusieurs années des filtres AR à superposer sur nos visages. Depuis peu, des animations 3D sont mêmes disponibles parmi la liste des filtres. Mais Snapchat a une limite : l’entreprise est exclusivement cantonnée à son application, et ne bouleverse actuellement pas les usages de nos appareils mobiles. A voir si le réseau social poursuivra ses efforts dans le développement de fonctionnalités en réalité augmentée.

AR-Object-Recognition-facebook-plateforme-realite-augmentee-1061x514

En embuscade, Facebook a lui aussi travaillé sur le sujet. La Facebook Developer Conference (F8) 2017 a été l’occasion de lever le voile sur une plateforme de réalité augmentée encore en « close bêta ». A l’avenir, ce software permettra de développer des applications AR destinées à nos appareils mobiles, marquant peut-être le coup d’envoi d’un combat contre Apple.

> Lire aussi : Facebook lance sa plateforme dédiée à la réalité augmentée : tout ce que vous devez savoir

A propos de Grégoire Huvelin

Amoureux des mots, joueur de poker à mes heures perdues et inlassablement animé par les nouvelles technologies qui façonneront notre avenir.
  • Richard Loffler

    tim cook est encore en vie…
    petite coquille j imagine…😊
    Richard

    • Grégoire Huvelin

      Effectivement, merci à vous pour le commentaire ! Coquille corrigée