Accueil / Réalité Augmentée / Airbus, Vueling, Boeing : ces compagnies aériennes qui utilisent la réalité virtuelle et réalité augmentée

Airbus, Vueling, Boeing : ces compagnies aériennes qui utilisent la réalité virtuelle et réalité augmentée

Pour optimiser ses processus de production ou promouvoir certaines régions du monde, plusieurs compagnies aériennes se lancent progressivement dans le grand bain des technologies immersives. Airbus, Vueling et Boeing en font partie. Focus.

Chacune à sa manière, les entreprises spécialisées dans le transport aérien s’approprient la réalité virtuelle et augmentée. Deux nouvelles technologies en passe de se standardiser, et dont les propriétés respectives offrent des avantages concurrentiels non négligeables. D’un côté, la réalité augmentée semble parfaitement adaptée à l’optimisation d’une chaîne de production. De l’autre, la réalité virtuelle, plutôt destinée aux voyageurs et à la promotion de lieux touristiques.

> Lire aussi : Réalité augmentée : Daqri, à la conquête des lunettes AR professionnelles

Vueling : la réalité virtuelle pour promouvoir la région espagnole Cantabrie

vueling-vol-avion-realite-virtuelle-990x666

En avril 2017, la compagnie lowcost espagnole Vueling créait le buzz en raison d’un vol Barcelone – Santander (capitale de la Cantabrie) équipé de casques de réalité virtuelle. Les voyageurs ont ainsi bénéficié d’une session immersive revenant sur l’Année jubilaire de Liébana, une fête et pèlerinage religieux fêté le 16 avril 2017. Un ingénieux coup de com’ dont l’objectif était de promouvoir la région de la Cantabrie.

> Lire aussi : Vueling : de la réalité virtuelle dans les avions pour promouvoir une région espagnole

Outre l’aspect promotionnel, Vueling est devenue l’une des premières entreprises à intégrer la réalité virtuelle dans ses vols. A l’avenir, les contenus immersifs pourraient compléter l’offre des vidéos 2D diffusés sur des écrans intégrés aux sièges. Si les vidéos VR ont une réelle capacité à divertir, plusieurs limites pourraient rebuter les groupes à se doter de casques : manque de contenus, prix des modèles et casques parfois encombrants.

Boeing : la réalité augmentée pour améliorer sa productivité et les conditions de travail

Le fonds d’investissement de Boeing, Horizon X, a récemment racheté une start-up spécialisée dans la réalité augmentée : Upskill. Cette dernière s’était illustrée en prouvant l’efficacité de lunettes de réalité augmentée dans le cadre d’une activité professionnelle. L’application développée aidait l’utilisateur à réaliser des tâches complexes à l’aide d’indications holographiques et d’une assistance à distance.

> Lire aussi : Horizon X : le nouveau fonds d’investissement de Boeing investit dans la réalité augmentée

Et les résultats sont sans appel : l’employé s’est montré plus productif. Mieux, la réalité augmentée s’est avérée être une technologie ludique, améliorant de facto les conditions de travail de l’individu. L’usage présenté serait parfaitement adapté aux usines de production de Boeing, qui y verrait l’opportunité d’optimiser ces processus et d’enrichir le travail de ses employés.

Airbus : SART, un outil de réalité augmentée destiné aux « inspections et contrôles qualité »

Airbus Group peut remercier sa filiale Testia, à l’origine du Smart Augmented Reality Tool, autrement appelé SART. Testia a notamment fourni ce système à Spirit AeroSystems, Inc., une entreprise de construction produisant certaines pièces de l’A360 XWB, un modèle d’avion d’Airbus. « Spirit nous a confirmé qu’avec SART, le retour sur investissement était réalisé rapidement grâce au temps et aux coûts économisés au cours des inspections et des contrôles qualité », s’est enthousiasmé, Denis Gardin, directeur général de Testia Group, sur le site officiel d’Airbus.

> Lire aussi : La réalité augmentée améliore la productivité industrielle

C’est par le biais d’une tablette que SART parvient à analyser « des pièces non conformes », dans la foulée envoyées à la direction puis remplacées par de nouveaux composants. Un gain de temps considérable pour les équipes de travail, réduisant « le temps d’inspection des supports des systèmes de trois semaines à trois jours ». Plus d’une centaines de devices ont bénéficié de cette application, testée par plus d’un millier d’employés à travers toute l’Europe.

A propos de Grégoire Huvelin

Amoureux des mots, joueur de poker à mes heures perdues et inlassablement animé par les nouvelles technologies qui façonneront notre avenir.