Les crimes pourront prochainement être analysés via la réalité virtuelle

Les crimes pourront prochainement être analysés via la réalité virtuelle

Ce n’est probablement pas le premier usage de la réalité virtuelle auquel l’on penserait en premier, mais il s’avère pourtant que des chercheurs suisses travaillent à recréer une scène de crime en 3D qui sera par la suite consultable sur tous les casques de réalité virtuelle et notamment sur l’Oculus Rift.

A quoi sera serait-il bien utile ? Pour ceux qui sont déjà rentrés dans un tribunal, il s’avère que certaines affaires complexes nécessitent des schémas ou des dessins pour être bien compris. Parfois, la scène de crime est entièrement recréée pour l’occasion. Dans le langage juridique, cela s’appelle une reconstitution. Or, comme vous pouvez vous en douter, reconstituer une scène de crime n’est pas forcément chose aisée notamment car elle nécessite une organisation pour mobiliser du personnel, de déplacer le ou les prévenus et que cela prend bien évidemment du temps. Pour pallier ces contraintes, des scientifiques suisses ont donc pensé à recréer une scène de crime en 3D (personnages inclus) afin que cela puisse servir à se représenter la scène. Pour se faire, ils utilisent les techniques de scan 3D qui existent à l’heure actuelle autant pour mapper (c’est-à-dire scanner) la pièce que le corps de la victime.

Ils ont été interviewé par la BBC et vous pouvez consulter la vidéo ci-dessous :

On peut facilement penser que ces reconstitution ne vont pas servir seulement que pour des scènes de crime. En effet, on pourrait facilement penser à d’autres types de reconstitutions tels qu’un accident de voiture par exemple. C’est alors les compagnies d’assurances qui pourraient voir un intérêt à utiliser les casques de réalité virtuelle.

Tout cela n’est encore qu’à l’étape de prototype, mais la question est posée : l’Oculus Rift et les casques de réalité virtuelle vont-il rentrer dans les tribunaux ? Les avocats appuieront-ils leur défense sur ces reconstitution ? De belles questions qui se poseront avec l’avancée de la technique ainsi que la sensibilisation du monde juridique aux nouvelles technologies.

 

Laisser un commentaire

comment-avatar

*