Accueil / Lunettes connectées / Vaunt : Intel dévoile des lunettes connectées que vous aurez réellement envie de porter
smartglasses-intel-goglasses-1

Vaunt : Intel dévoile des lunettes connectées que vous aurez réellement envie de porter

Intel vient de dévoiler son travail sur des lunettes connectées. Et surprise : elles sont belles et vous n’aurez pas l’air geek ! Voici les prochaines lunettes connectées que vous allez porter dans les années à venir.

Ce sont nos confrères de The Verge qui ont levé le voile sur les travaux d’Intel. En effet, la firme travaille actuellement sur un prototype de lunettes connectées qui va au-delà de ce qui a été fait par les Google Glass. Et le moins qu’on puisse dire c’est que ce projet à tout pour nous emballer.

Vaunt : Caractéristiques des lunettes connectées d’Intel

Comme vous pourrez le constater sur les photos ainsi que la vidéo tournée par le journaliste de The Verge, les lunettes connectées (smartglasses) d’Intel ont tout pour séduire : elles ressemblent tout simplement à des lunettes classiques que vous pouvez réellement porter. Intel s’est réellement approprié le terme « wear » dans ce phénomène qu’on appelle « wearable« . C’est clairement en substance ce qu’il manque à toutes les lunettes connectées du secteur (ODG,…). Elle sont trop imposantes, trop lourdes, trop moche (?)… Les lunettes sont aujourd’hui un objet social à part entière. Vous choisissez des lunettes, de la même manière que vous choisissez un vêtement, parce qu’elles vous conviennent et qu’elles vous mettent en valeur (au-delà de l’intérêt utilitaire qui est celui de corriger la vue). Alors que la plupart des constructeurs ont négligé ce point-là, Intel a choisi de prendre le contrepied et de repartir d’une nouvelle philosophie : « less is better« . En effet, la plupart des constructeurs ont cherché à développé des lunettes connectées de réalité augmentée. D’un point de vue technique cela implique d’intégrer un grand nombre de composants (d’une taille souvent plus grande que les lunettes elles-même) et d’y intégrer une (ou plusieurs) batterie(s) étant donné que cela consomme beaucoup. C’est sans parler du FOV sur lequel tous les constructeurs… Etant donné que bon nombre de ces derniers souhaitent toucher un public B2B ce n’est pas un problème dans un premier temps, mais au regard du marché des lunettes (et donc des lunette connectées), il est clair que c’est le marché B2C qui sera le plus lucratif. Il faut donc pouvoir répondre à la question suivante : comment créer des lunettes connectées que vous pouvez réellement porter ? C’est donc avec une nouvelle philosophie qu’Intel est arrivé : se concentrer sur quelques caractéristiques techniques et notamment faire en sorte que ces lunettes connectées soient portables.

N.B. : ces lunettes n’ont pour l’instant rien à voir avec de la réalité augmentée, mais s’apparentent à des lunettes HUD (affichage tête haute).

smartglasses-intel-goglasses-2

Pour se faire, Intel a choisi de réaliser des lunettes connectées qui possèdent des caractéristiques proches des lunettes classiques, à savoir notamment dans un premier temps un poids qui n’excède pas plus de 50 grammes. Elément qui n’était pas des plus évidents par rapport aux autres lunettes connectées. En effet, dans la plupart des lunettes connectées, le poids de la batterie était un vrai problème puisque c’est cette dernière qui occupait le plus de poids qu’il fallait donc rééquilibrer sur le visage. Restait ensuite à enlever ensuite les autres technologies « imposantes » tels que le TouchPad (comme sur les Google Glass) pour repenser une autre expérience utilisateurs avec les informations affichées.

D’un point de vue technique, les lunettes connectées Vaunt fonctionnent grâce à une architecture custom de la part d’Intel. L’affichage des informations est sur les lunettes connectées est permis grâce à un laser de faible intensité (appelé techniquement un VCSEL). Le laser envoi une lumière rouge avec une information d’une taille de 400 x 150 px et se réfléchie grâce à un réflecteur directement sur votre rétine. Est-ce dangereux ? Selon Intel, ce n’est pas du tout dangereux pour les yeux. L’intérêt de directement se réfléchir dans les yeux, c’est que l’image est toujours focus (vous n’avez pas besoin de faire le point et donc de perdre l’information qui est autour de vous). Outre cela, vous pourrez avoir cette même qualité quelque soit vos verres et votre vue.

Vous remarquerez également qu’aucune caméra n’est attachée à ces lunettes. Pour des raisons de technologies et d’usage, ce choix de la part d’Intel est plutôt intelligent et pourrait bien séduire des consommateurs. On voit ici qu’Intel a appris la leçon liée aux Google Glass (et ses fameux Glassholes).

smartglasses-intel-goglasses-4

Outre cette technologie, les lunettes connectées Vaunt intègrent également un bluetooth pour communiquer avec votre smartphone. On notera bien évidemment la présence d’un processeur et d’autres capteurs tels que le gyroscope ou un accéléromètre qui servent notamment à détecter des mouvements basiques de tête pour connaître la direction dans laquelle vous regardez. Pour l’heure aucun microphone n’est intégré, mais il est fort probable que la prochaine génération l’intègre pour ajouter une dimension intelligence artificielle avec des assistants intelligents comme Alexa par exemple. Cette dimension IA est particulièrement le chemin qui est suivi par les développeurs de chez Intel pour les futures interactions entre les utilisateurs et les lunettes connectées.

Pourquoi Intel a raison de travailler sur des lunettes connectées ?

Après ce que certains ont qualifié – à tort – d’échec des lunettes connectées telles que les Google Glass, une question vient directement à l’esprit : pourquoi Intel souhaite t-il investir le marché des lunettes connectées ? A cela, il existe a minima 4 explications que nous détaillons ci-dessous.

Le marché des lunettes connectées est immense

Le marché des lunettes classiques représenterait 2,5 milliards de personnes (sur les personnes qui ont des lunettes correctives) et pourrait augmenter dans les prochaines années. Et si le marché des lunettes connectées représentait également plus de 2,5 milliards de personnes ? C’est sur ce pari qu’Intel se base pour développer ses propres lunettes connectées (ou en tout cas sa propre technologie). L’idée est clairement de pouvoir intégrer leur technologie dans de futures lunettes. Au regard du nombre de personnes qui ont besoin de lunettes correctives (ou non) et à qui ce type de lunettes connectées pourraient servir dans la vie quotidienne, il a fort à penser qu’Intel tient là une incroyable pépite qui pourrait fortement nous séduire dans les prochaines années.

Intel souhaite revendre sa technologie

Pour être tout à fait précis, Intel n’envisage pas dans un premier temps de développer sa propre marque de lunettes connectées. En effet, Intel a plutôt pour ambition de revendre sa technologies à des marques qui développeraient elles-même leur propre marque de lunettes connectées. Au final, l’idée d’Intel est plutôt de rester – à l’image de ce qu’elle fait sur les microprocesseurs – un fournisseur de technologie. On ne sait pas encore si des marques de lunetteries ont été contacté pour faire partie du programme, mais il y a de fortes chances que la réponse soit positive. Au regard du nombre de marques de lunetteries il est fort probable que ce prochain business soit extrêmement lucratif pour Intel. Il se pourrait bien également qu’Apple s’y intéresse fortement dans le cadre d’un prochain produit…

Intel voudrait ouvrir de nouveaux marchés

Comme vous le verrez dans le reportage de The Verge ci-dessus, Intel n’a pas encore une vision précise sur les types d’usages et de services des lunettes connectées. Comme dit plus haut, ils se voient dans un premier temps plutôt comme un fournisseur de solutions technologiques pour les marques. Pour la question des usages, Intel fait donc plutôt confiance aux marques pour les développer auprès de leurs consommateurs. Comme le dit très bien un des développeurs du projet, Itai Vonshak, qui pouvait se douter que le car-sharing se développerait avec le smartphone lors de sa sortie ? Personne. Par conséquent, c’est la même stratégie qui va être à l’oeuvre avec la sortie de ce nouveau device : sortir des lunettes connectées, quelques applications et donner ensuite accès à une plateforme pour que les développeurs puissent créer de nouveaux usages. Qui sait, le prochain Uber, Facebook ou Google est peut-être dans une application pour lunettes connectées ?

Développer le « wear » des « wearables« 

smartglasses-intel-goglasses-3

Intel arrive également avec une nouvelle philosophie qui nous semble plutôt saine et que Google avait déjà amorcé à l’époque de la bêta des Google Glass. Il s’agit de faire que les lunettes connectées soient véritablement un objet portable (« wear »). Autrement dit, il ne s’agit pas de faire seulement un objet technologique, mais bien un objet social pour lequel la technologie soit à son service. Souvenez-vous à l’époque que Google avait développé une véritable partie fashion dans sa stratégie de communication avec des partenariats avec de grandes marques comme Luxottica. Il n’est d’ailleurs pas improbable que cette dernière soit également sur les lunettes connectées le chef de fil de la démocratisation de ces nouveaux devices. En mettant en avant l’importance de créer des objets qui soient beaux et portables, Intel attire l’attention sur sa technologie et sur l’importance du design dans le construction d’un produit hardware. Et au regard de notre expertise, on peut vous dire qu’Intel est clairement sur la bonne voie et que le domaine des lunettes connectées va beaucoup bouger dans les prochains mois et les prochaines années !

A propos de Milan Boisgard

Fondateur du site GoGlasses.fr, je cherche à comprendre et à analyser le phénomène de réalité virtuelle et augmentée pour en tirer des usages concrets et développer le domaine.