AgencyGlass : des lunettes connectées pour simuler les émotions humaines en virtualisant l’affichage des yeux

AgencyGlass : des lunettes connectées pour simuler les émotions humaines en virtualisant l’affichage des yeux

Le professeur et chercheur Japonais Hirotaka Osawa de l’université scientifique de Tsukuba vient de dévoiler un modèle de lunettes connectées pour le moins surprenant. Bien que toujours à l’état de prototype, les lunettes du professeur ont pour but de simuler le mouvement des yeux humain en modélisant des yeux virtuels qui sont affichés sur les écrans de ce modèle de lunette connecté.

Classiquement, les lunettes connectées se focalisent sur ce que va visualiser son porteur. Le raisonnement est ici totalement inverse puisque les recherches se sont portées sur ce que vont visualiser les autres individus et sur la manière dont ils vont percevoir le porteur.
Les « AgencyGlass », nom actuellement donné à ces lunettes, sont équipées d’écrans OLED (Organic Light-Emitting Diode) qui simulent les mouvements des yeux. Cette simulation a pour principal objectif de camoufler les réels sentiments que pourraient laisser transparaître les mouvements naturels des yeux du porteur.

Afin d’arriver à une telle simulation, les AgencyGlass doivent pour le moment être connectées à un Smartphone ou un ordinateur qui s’occupe de gérer la puissance de calcul. De nombreux éléments sont pris en compte afin de créer la simulation : les mouvements de tête du porteur des lunettes ou encore les réactions de l’individu que l’on visionne. Une caméra (pour le moment non intégrée aux lunettes) permet en effet de prendre en compte ce dernier élément.

_74281463_facial

Les AgencyGlass en action

Hirotaka Osawa, le créateur des AgencyGlass, affirme lui-même que l’idée de telles lunettes peut paraître déroutante. Il n’hésite d’ailleurs pas à réaliser une vidéo dans laquelle il use de second degrés en s’endormant devant son écran, camouflé derrière ses lunettes, ce qui laisserait penser qu’il travaille.

Pour autant, Hirotaka Osawa défend également les réels intérêts d’une telle technologie avec notamment l’idée que cela pourrait servir certaines professions dans lesquels adopter une attitude parfaitement neutre serait bénéfique. Certains évoquent également des usages qui permettraient de réduire les incompréhensions générées par l’attitude du fait des différences culturelles.

Le professeur pense en tous les cas déjà à développer son idée en travaillant sur une simulation des expressions de la bouche. Ces dernières auraient en effet beaucoup d’impact sur l’interprétation que l’on fait des émotions d’autrui.

Laisser un commentaire

comment-avatar

*