Sight, un film sur les lentilles connectées du futur

Sight, un film sur les lentilles connectées du futur

À quoi ressembleraient nos vies si la réalité augmentée se trouvait partout dans le monde ? Si elle était accessible en un clignement d’yeux et que l’on pouvait interagir librement avec elle ? Ce sont des questions auxquelles pourrait peut-être répondre Sight, un court-métrage israélien réalisé en 2012 dans lequel nous utilisons une technologie semblable à des lentilles connectées futuristes dans la vie de tous les jours.

Un film abouti qui traite de la réalité augmentée

Lorsqu’ils ont réalisé Sight, Daniel Lazo et Eran May-raz étaient étudiants à l’Ecole des Beaux-Arts de Bezalel, à Jérusalem ; il s’agit en soi de leur projet de fin d’année. « Je suis un geek des jeux vidéos et Eran est un cinéphile, et nous avons tous les deux une passion pour la science-fiction et les technologies », expliquait Lazo. « À l’origine, nous voulions faire un film avec de la réalité augmentée dedans. Nous avons fait quelques recherches, fouillé dans tous les types de technologies augmentées existants, et à un moment donné nous nous sommes dit ‘Hé, je me demande comment la réalité augmentée serait sans dispositif ou appareil comme barrière. Et si on pouvait juste VOIR la réalité augmentée ?‘ »

realite-augmentee-lentilles-connectees

Le hasard a voulu que les premiers échos concernant les Google Glass surviennent au même moment, alors qu’elles se présentaient comme des lunettes à réalité augmentée : « La vidéo sur les Google Glass est sortie un jour ou deux après que nous ayons commencé à travailler sur Sight. C’était assez cool ; ça nous a confirmé que nous étions sur la bonne voie. », disait Lazo en juillet 2012.

Une histoire sur les relations humaines

Le film est très bien réalisé sur le plan graphique, et son histoire ne dénote pas ; le personnage principal est Patrick, un ingénieur d’une société fictive nommée Sight Systems, que l’on suppose être à l’origine de la technologie. Nous voyons son histoire à travers différents plans – de son point de vue, avec la réalité augmentée, ou d’un point de vue extérieur, où celle-ci n’est pas présente et les pièces plutôt vides. On constate alors que la technologie vient bien des yeux des personnages, qui s’illuminent lorsqu’ils manipulent des données. Vous pouvez consulter ci-dessous l’intégralité du film :

La vie de Patrick semble entièrement tournée autour de la validation de défis, comme si la réalité était devenu une suite de mini-jeux. La nourriture elle-même devient prétexte à jouer, et est même jetée lorsque le score n’est pas parfait. Patrick pousse le « jeu » plus loin en utilisant une application pour réussir à séduire Daphné, une femme qu’il rencontrait pour la première fois dans la réalité mais qu’il connaissait apparemment virtuellement. Il a ainsi accès à ses données, son ressenti, et même à des conseils ciblés. Lorsque celle-ci, une fois chez lui, aperçoit sur son mur le « trophée » qu’il a obtenu par le biais de l’application, elle s’énerve et tente de partir, mais Patrick semble « pirater » son profil et la rendre docile.

Une réflexion sur les nouvelles technologies

On peut y voir une critique de l’évolution des nouvelles technologies, qui tendrait à rendre les rapports moins « humains » et à limiter le cerveau à une machine que l’on pourrait possiblement, à terme, pouvoir contrôler à distance. De plus, durant le film, le personnage féminin, Daphné, évoque une expérience « effrayante » dans laquelle ses lentilles ont cessé de fonctionner selon ces termes : « Je ne pouvais plus rien voir, je n’arrivais même plus le chemin pour rentrer chez moi », ce qui évoque la dépendance que nous développons auprès des nouvelles technologies.

lentilles-connectees-realite-augmentee-piratage

Néanmoins, on peut aussi y trouver des idées originales sur l’usage que nous pourrions avoir de la réalité augmentée dans nos vies. Nous sommes encore loin d’un tel niveau de technologie, mais cela peut nous faire réfléchir sur l’application que nous pouvons en avoir à l’avenir et sur les débordements à éviter.

Laisser un commentaire

comment-avatar

*