Accueil / Interviews / [5 questions @] Nathalie Duboz, reporter 360° au MediaLab de l’information de France Télévisions
reportage-360-interview-nathalie-duboz-662x331

[5 questions @] Nathalie Duboz, reporter 360° au MediaLab de l’information de France Télévisions

Journaliste au MediaLab de l’information de France Télévisions, Nathalie Duboz est l’une des pionnières du reportage 360° en France. L’occasion d’échanger autour du journalisme en 360°, un domaine naissant mais prometteur. 

C’est à l’occasion de la conférence « VR & Journalisme : empathie et immersion », organisée dans le cadre du salon Screen4All, tenu du 8 au 9 novembre 2017 à Paris, que GoGlasses a fait la connaissance de Nathalie Duboz. Une journaliste appartenant aujourd’hui au MediaLab de l’information de France Télévisions, qui se lance depuis peu dans le reportage en 360°. Rencontre.

GoGlasses | Comment et pourquoi France Télévisions s’est lancé dans la production de reportages en 360° ?

Nathalie Duboz : La rédaction nationale de France Télévisions a créé le MédiaLab de l’information sous l’égide d’Eric Scherer et Hervé Brusini il y a un an. Nous y explorons les pistes les plus probables de l’avenir du journalisme. Nous avons donc décider d’explorer le reportage 360° pour ensuite le proposer aux rédactions du groupe FTV.

GoGlasses | Quel(s) matériel(s) utilisez-vous ? Pourquoi celui-ci en particulier ?

N.B : Nous utilisons un matériel léger grand public qui a un rapport qualité/temps de post-production intéressant par rapport aux contraintes de l’actualité. [ndlr : Nathalie Duboz expliquait utiliser la caméra 360 Samsung Gear 360 lors d’une conférence du salon SATIS / Screen4All]

GoGlasses | Quel est l’intérêt du 360° dans le journalisme ?

N.B : Au risque d’enfoncer des portes ouvertes, le 360° a un intérêt dans certaines situations totalement immersives comme une manifestation, un feu de forêt, une situation unique, un endroit où le spectateur n’ira jamais. Elle apporte de la transparence au journalisme. Cela peut-être une réponse à certaines questions que se pose parfois le public.

L’information passe avec un regard nouveau : l’immersion

Mais en général, je dirais que les sujets qui ont de l’intérêt en 16/9 sont ceux qui ont de l’intérêt en 360°, à cela près que l’on apporte un point de vue « envoûtant ». Le spectateur fait alors marcher un sens nouveau, celui de vivre totalement l’événement en faisant des choix de regard dans l’image. On lui donne une liberté tout en le guidant avec notre savoir de journaliste.

GoGlasses | Le 360° pose de nombreuses questions sur la scénarisation d’un contenu. Selon vous, comment bien scénariser un reportage en 360° ?

N.B : Le reportage 360° doit à la fois donner de la liberté et guider le spectateur. Sans guidage, le spectateur a trop de choix et ne regarde pas jusqu’au bout. Le journaliste guide par le son, l’image et le texte. Il faut bien choisir là où l’on pose la caméra car ce sera ensuite le regard du spectateur. Le sujet doit, selon moi, être court et intense pour que la personne apprenne sans s’ennuyer. Le but final étant clairement que l’information passe avec un regard nouveau : l’immersion.

GoGlasses | France Télévisions va-t-il intensifier ses efforts dans ce domaine ? Quelle est votre vision des choses pour les prochaines années à venir ?

N.B : Les rédactions de France Télévisions découvrent le format avec intérêt. Elles testent toutes les options possibles pour le moment. Par exemple, sur un déplacement du président Macron à Egleton, cela prend tout son sens car le journaliste 360° prouve que la phrase très commentée du président n’était pas du tout en off. Le format fonctionnera si l’écriture journalistique trouve des adeptes dans la génération Z. Sinon elle continuera de fonctionner pour des « one shot » comme la neige sur Time Square ou le ballon stationnaire qui va jusqu’à la stratosphère.

A propos de Grégoire Huvelin

Amoureux des mots, joueur de poker à mes heures perdues et inlassablement animé par les nouvelles technologies qui façonneront notre avenir.