Interview de My SG Adviser : les gagnants du hackathon SG Connected Hack

Interview de My SG Adviser : les gagnants du hackathon SG Connected Hack

Le SG Connected Hack était un hackathon qui s’est déroulé à Paris au début du mois d’octobre. Nous avons souhaité interroger les différents gagnants et nous commençons par l’équipe qui est sur la plus haute marche du podium : My SG Adviser. Ils remportent le prix le plus important : 5000 euros.

 

Pourriez-vous présenter votre équipe ?
Mon équipe est composée de cinq personnes.

Christopher Saez (Développeur iOS et Android) et moi*même (Développeur iOS) avons été en responsable de la création de l’application (serveur et client).
Bruno Ferreira et Arthur Frant, tous les deux designers ont été en charge de la création des écrans de l’application.
Ils ont aussi été aidés par Arthur Grandgerard (Marketeur), qui a été en charge de trouver les arguments commerciaux permettant de vendre le produit.

Etait-ce votre premier hackathon ?
A part Christopher Saez, tous les autres membres de l’équipe avaient déjà participé à un hackathon.
Arthur Frant et Bruno Ferreira faisaient partie de mon équipe lors du Hackathon GDF Suez sur le projet Papyzen.

Pourquoi avoir choisi de participer au SG Connected Hack ?
J’ai souvent entendu parler des objets connectés, car dans mon entourage certaines personnes en possèdent. Je me suis dit que ce hackathon serait un bon moyen de voir comment marche ces nouveaux devices, d’autant plus que des formations étaient prévues pour savoir comment développer sur Oculus Rift et Google Glass.

Pourriez-vous présenter votre projet ?
Notre idée est de permettre le retrait sans contact au distributeur automatique avec deux cas d’utilisations possibles : programmer un retrait ou non.

Pour cela, nous avons utilisé le beacon. Grâce à la capacité de détection de cet objet connecté, nous avons été en mesure de savoir quand un client entre ou sort de la zone d’un distributeur automatique. Une fois dans la zone du distributeur, nous sommes également en mesure de savoir à quelle distance se trouve le client grâce à la fonctionnalité de “Ranging”. Cela nous permet de valider le fait que le client est bien devant le distributeur et que c’est à son tour de retirer l’argent. Une fois à la bonne distance, il a la possibilité de demander son argent.

Lorsqu’un client fait un retrait, c’est bien pour utiliser cet argent. Une autre fonctionnalité de notre service est de permettre à la Société Générale, en fonction des habitudes de consommation du client et de la localisation du distributeur dans lequel il vient d’effectuer son retrait, d’envoyer des coupons de réduction au client.

2-montant

Pourquoi avez-vous choisi ces wearables ?
Au départ notre idée utilisait les Google Glass.
Nous avions choisi ce wearable, car l’écran intégré ajoutait de la sécurité pour le client, les informations n’étant visibles que par lui.
Finalement, nous nous sommes concentrés sur les smartphones, car ce sont les terminaux les plus utilisés actuellement et les plus accessibles pour le grand public.

La sécurité est un élément primordial sur ce type de projet, qu’avez-vous fait / que comptez-vous faire pour rassurer l’utilisateur ?
Effectivement, les données bancaires sont très sensibles et ont besoin d’être sécurisées. Pour accroître la sécurité de notre système, nous souhaitons utiliser les possibilités que nous offrent les devices récents. Ainsi, un utilisateur possédant un iPhone équipé du Touch ID (reconnaissance d’empreinte digitale), pourra s’en servir pour s’authentifier en se passant du clavier virtuel.
Il est aussi important de noter que notre système utilise les beacons Bluetooth, mais aucune donnée n’est échangée avec ce périphérique. Ce dernier ne sert qu’à faire de la détection.
Notre système étant intégré à une application bancaire existante, elle utilise le même canal que cette dernière pour communiquer avec la partie serveur.

Vous n’étiez pas le seul projet autour de cette problématique. En quoi le votre était meilleur ?
Notre concept s’appuie sur un objet connecté qui a déjà fait ses preuves et qui a un énorme potentiel. Il est facile à appréhender et sa mise en place pourrait se faire plus rapidement que des solutions utilisant des Google Glass par exemple (qui ne sont pas encore vendues en France).
Il s’appuie aussi sur le téléphone possédé par l’utilisateur, il n’est pas nécessaire d’acheter un objet connecté en particulier pour profiter de notre service. Je pense que c’est ce qui à plu au jury.

4-code-secret

Que comptez-vous faire de My SG Adviser maintenant ?
Nous avons été contacté par la Société Générale qui a l’air intéressée par le projet. Nous verrons comment cela se passe pour la suite. Nous vous tiendrons au courant.

Quel est l’objet connecté présent au SG Connected Hack qui suscite le plus votre intérêt et pourquoi ?
Les Oculus Rift. J’ai été impressionné pendant la formation de voir ce que l’on pouvait faire avec.

Quel est selon vous l’objet wearable qui a le plus d’avenir et pourquoi ?
Les Google Glass.
Nous avons la possibilité d’effectuer un grand nombre d’actions simplement avec la voix.
Contrairement à un smartphone ou une montre connectée, où il faut interrompre ses occupations et se concentrer sur le smartphone, les Google Glass permettent de faire l’action (par exemple une recherche) grâce à une commande vocale et avoir le résultat sous ses yeux grâce au petit écran intégré.
Vivement la sortie officielle !

Le mot de la fin est pour vous !
Toute l’équipe aimerait remercier la Société Générale, BeMyApp et leurs partenaires pour cet évènement.
Nous souhaitons également féliciter les 29 équipes présentes lors de ce hackathon. Elles ont fourni un boulot formidable, nous nous sommes régalés avec les démonstrations.
L’aventure continue et nous espérons que le retrait sans contact sera bientôt mis en place.

Laisser un commentaire

comment-avatar

*