Accueil / Google Glass / Unboxing des Google Glass Enterprise Edition
google-glass-ee-011-950x489

Unboxing des Google Glass Enterprise Edition

Exclusif. Nos confrères de 9to5Google ont pu tester les dernières Google Glass dans leur version entreprise. Voici leurs premières impressions (et les nôtres par la même occasion).

Unboxing des Google Glass Enterprise Edition

Non, Google n’a pas mis fin au programme Google Glass. Nous en parlions d’ailleurs dans un très récent article. Plus précisément, il a mis fin au programme Explorer qui consistait à rendre disponible les Google Glass à un utilisateur qui devait ensuite faire des retours et des tests pour Google. Toutefois, un autre programme est depuis quelques années à l’oeuvre chez Google : le programme Enterprise Edition (EE). Le programme EE a pour objectif de démocratiser l’utilisation des Google Glass en entreprise dans des contextes bien particuliers : opération médicale, supply-chain, agriculture, culture (visite d’un musée)… Quelques partenaires commerciaux travaillent avec l’entreprise de Mountain View pour développer les usages des Glass en entreprise. Et pour bien correspondre aux besoins de ces entreprises, les Google Glass ont du évoluer. Nos confrères de 9to5Google ont pu accéder à la version EE et nous proposent un Unboxing dans le vidéo ci-dessous :

Google Glass EE : un Pod et des montures différenciés

Dans un premier temps, ce qu’on peut remarquer c’est que les Glass ne sont plus livrées dans une seule boîte, mais bien dans 2 boîtes distinctes au packaging soigné et sobre. Une première boîte contient ce qui est convenu d’appeler le « Pod » (en d’autres termes les Glass en elles-mêmes) et une seconde boîte contient les montures en titane à placer sur les Glass. Deux boîtes pour au final deux produits différents. C’est un changement par rapport aux Google Glass Edition Explorer où la monture et le Pod ne faisaient qu’un. C’était un gros défaut pour deux points notamment : cela ne correspondait pas à la physionomie de la boîte crânienne de toutes les personnes et cette option n’était pas pratique pour les personnes qui portaient des lunettes. Choisir de différencier les deux étaient donc une bonne option de la part de Google. On peut donc imaginer que les montures puissent être faites en fonction des différents employés de la société pour un meilleur confort qui tient compte de leur circonférence de tête ainsi que de leur vue.

google-glass-ee-002-950x472 google-glass-ee-009-950x519 google-glass-ee-010-950x611 google-glass-ee-007-950x583

A noter que le Pod est fourni avec un chargeur USB-A, alors que le standard tend à devenir l’USB-C. Néanmoins, étant donné qu’il s’agit d’un produit à utiliser en entreprise, la plupart de ces dernières ont plus facilement accès au premier type d’USB qu’au second. Il n’est toutefois pas exclu que pour les prochaines éditions de Glass, l’USB-C puisse advenir sans devoir passer par de l’USB-B. Niveau chargeur, ce dernier possède donc une entrée magnétique (alors que l’édition Explorer se branchait en micro USB) et une sortie en USB-A. Google n’explique pas le choix d’un chargeur magnétique, mais qu’on peut comprendre probablement par le fait que le Pod étant fragile, l’utilisation d’une micro USB avait plus de chance d’abîmer les Glass.

google-glass-ee-008-950x434

On notera enfin que le Pod est muni d’une petite vis entre le TouchPad et l’écran pour pouvoir rabattre les deux ainsi qu’attacher/détacher la monture en titane. Une nouvelle fois, une option bienvenue pour que les Glass ne prennent pas trop de place et soient moins rigides.

google-glass-ee-002-950x472

Adieu Google Glass, bonjour Glass ?

Sur les boîtes, le terme Glass est présent partout et Google est vraiment mis à l’écart. Seul un « designed by Google. Assembled in California » est présent sur le dos du Pod. C’est donc le terme Glass qui a été préféré par Google plutôt que Google Glass. A l’époque des Glass Explorer, Google avait tenté de faire déposer la marque Glass, mais les tribunaux lui avaient opposé le fait que la marque était trop générique pour pouvoir être déposée. Google a-t-il réussi à déposer cette marque ? Rien n’est pour l’heure confirmé, même si la communication semble de mise avec le terme « Glass ». Toutefois, à côté du terme on ne trouve pas la présence d’un « copyright » ou « trademark » ce qui laisserait penser que Google n’a pas réussi à déposer la marque à l’heure actuelle.

On remarquera également que les Glass sont une production américaine puisque ces dernières sont assemblées en Californie. On est donc sur des petites productions. Alors que la plupart des produits technologiques sont pour l’heure fabriqués en Chine, les Glass font ici la différence – qui s’explique pour l’instant sur le faible nombre de Glass disponibles pour les professionnels.

Glass EE : de nouvelles spécificités techniques ?

D’un de vue technique, le Pod est assez intéressant à observer. Nos confrères ont relevé le fait que le son serait bien meilleur que les autres éditions Explorer, ce qui est particulièrement une bonne nouvelle et une option attendue dans les entreprises. Pour rappel, même s’il était possible d’utiliser des écouteurs à brancher en micro USB pour les Editions Explorer, Google avait fait le choix de la conduction osseuse pour le son. Etant donné que ces Glass sont notamment utilisées en milieu industriel souvent bruyant, cette upgrade vient à point nommé. Même si la conduction osseuse ne fonctionne pas comme un haut parleur, il convient par contre de tester si cela est pertinent dans un musée par exemple où le silence est souvent de mise. En effet, Google – au regard de l’unboxing – ne semble pas vendre d’écouteur compatible (il n’y a d’ailleurs rien pour les brancher).

google-glass-ee-004-950x487

Niveau caractéristiques, ont est sur un Wifi dual-band 802.11a/b/g/n/ac, un CPU Intel Atom, 32Go de stockage et une batterie de 780 mAh (environ 8h d’autonomie donc une utilisation classique sur une journée de travail pour un employé). En outre, Google a également augmenté l’écran de vision pour avoir une meilleure image, ce qui est particulièrement appréciable. Il a ajouté en outre une LED qui s’allume lorsque la caméra est en train de filmer ou de prendre en photo un objet ou une personne. C’est notamment un élément qui a été fortement demandé dans la communauté des Glass Explorers, mais auquel Google n’avait pas fait droit entraînant alors des polémiques sur la vie privée. Si c’est probablement moins le cas en entreprise, on accueille positivement cette nouvelle fonction qui correspond aux usages.

Glass Entreprise Edition : quel software ?

En terme de software enfin, c’est une version Enterprise Edition qui est vendue et pré-chargée. Il est bien évidemment possible ensuite de développer des applications spécifiques pour votre entreprise. Il n’y a apparemment pas de menu par défaut avec toutes les options des Glass. Visiblement, chaque lunette possède sa propre Home en fonction de son usage en entreprise. On reste sur du Android par contre.

Voici donc un peu plus de vision sur ce que sont ces « nouvelles Google Glass » dans leur vision Entreprise par Google. Pour l’heure, aucune version publique n’est prévue et Google souhaite développer les partenariats professionnels pour faire de ses lunettes un incontournable dans le milieu B2B. Avec l’essor de la réalité augmentée, l’expertise de Google dans les Glass et le SLAM avec Tango, il y a fort à penser que le projet va évoluer dans les prochaines années pour en faire de meilleures lunettes et peut-être même des lunettes de réalité augmentée. On aimerait beaucoup en tout cas.

A propos de Milan Boisgard

Fondateur du site GoGlasses.fr, je cherche à comprendre et à analyser le phénomène de réalité virtuelle et augmentée pour en tirer des usages concrets et développer le domaine.