La photographie revisitée avec les Google Glass

La photographie revisitée avec les Google Glass

Avec l’arrivée des nouvelles technologies, prendre des photos n’a jamais été aussi simple : désormais, avec un simple téléphone portable, des artistes sont capables de faire de très beaux clichés. Dans ce contexte, les Google Glass, avec une résolution à peu près correcte – 5MP pour les photos, 720p pour les vidéos – et ses nombreuses fonctionnalités, pourrait peut-être son épingle du jeu.

Richard Koci Hernandez, connu sous le nom de « Koci », est photographe et Glass Explorer. Spécialisé dans la street photography, ou photographie de rue, il a conjugué durant plusieurs mois en 2013 son talent avec les Glass pour un travail expérimental de qualité. Il avait également créé un compte Instagram sur lequel il reportait ses dernières photographies.

Les avantages : facilité et contact

La facilité avec laquelle on peut prendre des photos avec les Google Glass est un point sur lequel celles-ci sont vivement critiquées par rapport à la vie privée, mais qui peut réellement faire le bonheur du photographe. C’est un moyen de capturer beaucoup plus aisément les instants. Il suffit soit de cliquer sur le touchpad situé en haut à droite des lunettes – une méthode que préfère Koci -, soit de prononcer « ok glass » et « take a picture ».

L’autre avantage est que, en fin de compte, porter des Google Glass rend le contact humain beaucoup plus aisé que derrière un appareil pour les modèles. « Croyez-le ou non », explique Koci, « mais c’est juste comme porter des lunettes de soleil, et c’est beaucoup moins intimidant pour les sujets. Personne ne s’y est opposé. » Quelque part, cela rend l’acte beaucoup plus naturel pour eux.

Ci-dessous, une interview de Misho Baranovic, un photographe photographiant avec son téléphone portable, au sujet des Google Glass dans le cadre de son activité :

Vers de nouveaux outils plus performants ?

Les Google Glass ne sont pas aussi puissantes qu’un appareil photo, puisqu’elles ne permettent pas de capturer réellement le moment sur le vif : « Si vous voulez prendre une photo avec les Google Glass, ça met de deux et demi à trois secondes, et n’importe quel photographe sait que c’est beaucoup trop long ». De plus, même si certaines applications comme Glassagram proposent des filtres, il est difficile de manipuler l’image, notamment en post-traitement. Pour le moment, elles ne révolutionnent pas vraiment le monde de la photographie, mais ouvrent des portes sur de nouvelles possibilités.

Ci-dessous, un échantillon du travail de Koci :

Laisser un commentaire

comment-avatar

*