Interdiction des Google Glass au volant ; que choisir pour notre sécurité ?

Interdiction des Google Glass au volant ; que choisir pour notre sécurité ?

Les Google Glass ne sont pas toujours autorisées dans certains types d’activités ; au Royaume-Uni, elles sont interdites au cinéma, et le canton du Valais, en Suisse, pourrait bien les interdire dans les lieux publics. En ce qui concerne la conduite, les législateurs New-yorkais avaient déjà montré en début d’année 2014 leur volonté de les bannir. Dans la même période, une conductrice californienne ayant porté les Google Glass a été acquittée. Le motif ? L’impossibilité de prouver le fonctionnement – ou non – des lunettes connectées durant la conduite. Un professeur en droit américain, Adam M. Gershowitz, s’est alors penché sur cette question ; peut-on interdire les Google Glass au volant ? Sous quelles conditions ?

Interdire le port plutôt que l’usage

En ce mois d’août 2014, ce sont au moins huit Etats aux Etats-Unis qui demandent une interdiction des Glass durant la conduite. Selon un article du Wall Street Journal, les lois doivent encore être approuvées, et sont actuellement au point mort ; en effet, il existe beaucoup de confusion sur leur application. Et, même si elles étaient mises en place, Gershowitz affirme qu’elles seraient « pratiquement inapplicables », puisqu’elles s’appuient sur l’usage de cette technologie, et non sur le port.

« Un conducteur pourrait simplement dire qu’il portait juste les Google Glass (peut-être parce qu’elles contiennent ses verres de prescription) et qu’il n’était pas du tout en train d’ ‘utiliser’ la technologie », écrit dans ses travaux Gershowitz. « En effet, un officier de police qui observe le trafic n’a aucun moyen de savoir si un conducteur qui passe ‘utilise’ plutôt que ‘porte’ ses Google Glass. » De même, si les lois concernent uniquement les casques et lunettes connectées, elles ne comprennent donc pas d’autres technologies portables, telles que les smartwatches.

google-glass-au-volant

Loin d’approuver le port des Google Glass au volant, qui pourrait selon lui distraire le conducteur, Gershowitz préconise plutôt une interdiction globale. Il serait question d’interdire tout appareil de communication électronique sans fil, qu’il soit porté et/ou utilisé.

Utiliser la technologie pour notre sécurité

Mais les Google Glass, en tant que technologie récente, n’ont pas uniquement vocation à être une distraction pour leurs usagers ; outil d’assistance dans la vie quotidienne, il existe également des applications pour la sécurité au volant, comme DriveSafe pour les Glass – et même d’autres lunettes connectées sont concernées, comme les Jins Meme, qui peuvent détecter la fatigue. Si l’interdiction englobe également le simple port des Google Glass, cela comprend les « bons » usages de la technologie.

D’après le Wall Street Journal, un porte-parole de Google se serait prononcé selon ces mots : « Les Glass sont construites pour vous connecter au monde autour de vous, pas pour vous distraire de celui-ci ». Les porteurs des lunettes connectées « devraient toujours utiliser les Glass de façon légale et responsable et placer en premier lieu leur sécurité et celle des autres. » La société se positionne donc pour un usage responsable des lunettes connectées plutôt que pour une interdiction pure et simple au volant.

google-glass-voiture

Si la sécurité est une priorité pour les deux parties, nous ne savons pas encore à l’heure actuelle quel avenir peuvent nous offrir les nouvelles technologies en terme de conduite. Au-delà des lunettes connectées, de nouveaux dispositifs viennent prendre place à l’intérieur des voitures, à l’image de Navdy, un dispositif connecté spécialement conçu pour permettre de conduire de façon plus sécurisée qu’en utilisant le portable. Si certains continuent d’utiliser des technologies connectées au volant, en augmenter l’accès de manière sécurisée n’est peut-être pas nécessairement un mauvais tournant pour l’avenir.

Laisser un commentaire

comment-avatar

*