Les Google Glass bientôt interdites dans les lieux publics en Suisse ?

Les Google Glass bientôt interdites dans les lieux publics en Suisse ?

Les Google Glass continuent d’inquiéter en terme de protection de données ; interdites dans les cinémas britanniques et plus récemment lors des projections du Comic Con, le festival américain reconnu à l’international, il se pourrait bien qu’elles soient bientôt interdites dans les lieux publics dans le canton du Valais, en Suisse. Elles n’y sont pourtant pas encore officiellement commercialisées pour le grand public. La mesure sera prochainement remontée au Conseil d’Etat valaisan par Sébastien Fanti, élu au mois de juin préposé à la protection des données par interim, avocat de profession, spécialisé dans les nouvelles technologies.

Anticiper pour éviter les abus

Pour Sébastien Fanti, les Google Glass sont beaucoup plus intrusives qu’un smartphone, ce qui pose des questions du point de vue de la sécurité des données. Il craint notamment certaines atteintes à la norme pénale, ce qui le pousse à anticiper sur l’arrivée de ces lunettes connectées. « Oui parce que si vous voulez, une fois que les Google Glass seront là et que les gens les porteront et les activeront dans des lieux tels que l’administration fiscale ou le tribunal, ou je sais pas n’importe quel lieu public, on ne pourra plus récupérer ces images et donc on aura une grande difficulté à protéger la personnalité, un, des collaborateurs de l’Etat du Valais, deux, la sécurité des locaux et des installations, et trois, la confidentialité, voire le secret qui sont liés à certaines activités », explique Fanti.

Il faut donc selon lui « absolument anticiper ces problématiques et prendre des décisions« . D’où le fait de ne pas attendre l’éventuelle commercialisation de ces lunettes connectées en Suisse – d’autant plus sachant qu’elles pourraient arriver d’ici la fin de l’année. Au niveau fédéral, d’autres mesures pourraient être prises par rapport à la circulation routière. Pour le moment, l’interdiction est loin d’être officielle.

google-glass-lieux-publics

Informer plutôt qu’interdire

Jean-Philippe Walter, suppléant du préposé fédéral à la protection des données et à la transparence, n’est pas favorable à cette possible interdiction. Selon lui, il faudrait dans un premier temps informer les usagers de leurs droits : « Il y a un devoir d’information, cela incombe non seulement à celui qui met sur le marché de tel produit – donc une firme comme Google doit dans ses conditions d’utilisation définir ce qui est admissible et sous quelles conditions, et après évidemment c’est aussi la tâche des autorités de protection des données de donner certaines informations et de sensibiliser les gens à avoir un comportement conforme au droit », explique-t-il.

Autrement dit, il s’agirait dans un premier temps de permettre aux usagers d’agir correctement selon les lois en vigueur – et donc de prévenir les abus – plutôt que d’interdire tout bonnement les lunettes connectées dans les lieux publics. Vous pouvez retrouver ces interviews et les problématiques qui les accompagnent sur le site Internet de la radio suisse RTS.

Laisser un commentaire

comment-avatar

*