La reconnaissance faciale utilisée par la police de Dubaï

La reconnaissance faciale utilisée par la police de Dubaï

La police de Dubaï utilisait déjà les Google Glass, les lunettes connectées, pour contrôler le trafic routier avec deux applications. L’une permettait de prendre en photo le contrevenant et d’enregistrer directement dans leur base de données l’infraction et un rapport était d’ores et déjà écrit. L’autre permettait d’identifier les voitures recherchées grâce à une connexion avec la base de données des plaques d’immatriculation.

Aujourd’hui, la police de Dubaï acquiert une application supplémentaire à sa panoplie : la caméra des lunettes pourrait analyser les visages de passants. Ces données seront ensuite transmises à la base de données des personnes fichées, et bien entendu comparées. Si une correspondance est établie, le policier est immédiatement alerté et peut procéder à l’arrestation de l’individu.

Une application qui dérange

La question de la vie privée revient une nouvelle fois au cœur des débats. Si Google désapprouve l’utilisation de la reconnaissance faciale pour des applications permettant l’identification des personnes, la police de Dubaï, ne semble pas l’entendre de cette manière. En effet, Google avait demandé aux éditeurs de logiciels de ne pas utiliser la caméra ou le microphone pour recouper des informations d’identification personnelle autre que sur l’utilisateur.

Un guide du comportement pour les utilisateurs des Google Glass

Google a également publié un DO/DON’T pour les Glass Explorers avec notamment un rappel sur l’obligation de demander la permission avant de les utiliser, de prendre des photos, de filmer. Ce guide permettrait d’apaiser les réticents à l’usage des Google Glass et de redorer le blason de Google qui est au cœur des débats sur le respect de la vie privée.

Un lien vers une vidéo présentant les utilisations des Google Glass par les officiers de police de Dubaï

Laisser un commentaire

comment-avatar

*