Les Google Glass peuvent vous aider à remplir un constat amiable

Les Google Glass peuvent vous aider à remplir un constat amiable

A l’heure actuelle, les Google Glass ne sont disponibles qu’aux Etats-Unis et au Royaume-Uni. Cela n’empêche pas d’autres pays, et notamment la France, de s’intéresser de près à ce nouveau marché. Nous avons par exemple vu un hackathon le week-end dernier qui a rencontré un fort succès. De plus en plus d’applications sont développées dans l’hexagone pour ces lunettes et certaines sont mêmes disponibles sur la boutique d’applications officielle : BikeFinder ou Sky Shooting.

Une nouvelle vient d’être annoncée par la Caisse d’Epargne et BPCE Assurances qui concerne le secteur automobile. Il est déjà possible d’avoir les alertes de Waze ou de disposer d’une navigation GPS par Maps, mais vous n’êtes pas à l’abri d’un accident ou d’un accrochage lors d’un trajet. Dans ce cas, vous devrez sortir le fameux constat amiable. Même si le formulaire a été étudié pour être le plus simple possible, les circonstances peuvent vous troubler.

L’application développée pour les Google Glass vous sera alors d’une grande aide, puisqu’elle vous aidera à travers toutes les étapes. Dans un premier temps, vous allez pouvoir contacter un conseiller en direct qui, depuis son ordinateur, vous aidera à remplir les différents éléments et ne rien négliger (dessin de l’emplacement des chocs, vérifier certaines parties des véhicules…). Les étapes suivantes consistent à prendre des photos à l’aide de la caméra des lunettes, puis du constat et enfin d’envoyer le tout par Internet. A en croire la vidéo promotionnelle, l’affaire serait alors réglée.

Dans les faits, l’ajout d’informations est un atout majeur, mais la photo du constat risque d’être insuffisante, car rien ne garantit la qualité du cliché. Ce type d’application est en revanche une avancée pour les assureurs qui peuvent désormais être sur le terrain et améliorer la qualité des informations données. Cela sera bénéfique pour le client, qui dans le meilleur des cas, recevra une indemnisation supérieure.

Mais pour le moment, cette application reste à l’état de prototype, car la Caisse d’Epargne attend que ces lunettes soient disponibles sur le marché. La banque ne manque toutefois pas d’idées, car la prochaine cible serait les dégâts des eaux, qui éviterait la venue d’un expert. Cela pourrait représenter une économie substantielle, mais rien n’est acté pour le moment.

Source : Le Figaro

Laisser un commentaire

comment-avatar

*