GlassCamp culture et lunettes connectées : compte-rendu de l’évènement

GlassCamp culture et lunettes connectées : compte-rendu de l’évènement

C’est à l’intérieur de la bibliothèque parisienne Louise Michel que GoGlasses a assisté au dernier meet up du Glass Camp, le 3 octobre 2014, sous le signe de la culture et des lunettes connectées ; au programme, une présentation sur le storytelling 3D avec David Lerman de GuidiGo, des idées novatrices signées par la directrice d’Up Culture Caroline Rosnet, et un retour d’expérience par Mar Dixon, Glass Explorer anglaise, auprès de musées et galeries avec les Google Glass… mais aussi des tests de l’Oculus Rift DK2, un brainstorming sur les usages professionnels et individuels des lunettes connectées autour de la culture, et un buffet (presque) à volonté. Cap sur une nouvelle soirée d’échanges, de partage, avec des enfants et des pizzas !


Arrivée sur place : tests de l’Oculus Rift DK2 et installation

Nous arrivons un peu en avance et déjà, une petite foule s’est constituée autour de l’Oculus Rift DK2, le dernier modèle diffusé par Oculus VR. Mais surprise, ce sont des enfants qui testent la technologie, le tout dans la bonne humeur. Nous assistons par la suite aux derniers préparatifs pour la conférence qui va suivre, mais aussi à l’installation de la fameuse caméra 360° apportée par Okio Studios, spécialisée dans la conception de films immersifs. Celle-ci permettra la création d’un compte-rendu filmé consultable via l’Oculus Rift – à n’importe qui pourra par la suite « revivre » l’évènement via la technologie. Au bout d’un petit quart d’heure, il est temps de rejoindre nos sièges et d’entamer les présentations.


Logo-Glass-Camp

Présentation de l’association Glass Camp

Pour ceux qui ne le savent pas, le Glass Camp est une association à but non lucratif créatrice d’évènement autour des lunettes connectées, et plus particulièrement des Google Glass. L’objectif est non seulement d’échanger, mais aussi d’explorer les usages sur ces nouvelles interfaces.

L’association avait notamment été à l’origine du premier hackaton français pour Glass en début d’année, lors duquel avait été développé BikeFinder – la fameuse application dont nous vous avions parlé, et qui est désormais officiellement disponible sur MyGlass.

Depuis mai dernier, elle dispose d’un pôle culture, dont la responsable est Clara Licht, historienne de l’art et muséologue. Il n’y a donc rien de surprenant à ce que la thématique soit enfin abordée officiellement, d’autant après le succès de la soirée sur le e-tourisme, durant laquelle le sujet avait déjà été soulevé lors du brainstorming.


Conférence : Google Glass, quels usages pour la culture ?

Les présentations commencent, et elles portent principalement cette fois-ci sur les Google Glass. C’est l’occasion pour nous d’en savoir un peu plus sur ce qu’il se fait à l’heure actuelle et sur les autres possibilités que peuvent offrir la technologie.

glasscamp-culture-guidigo

GuidiGo et le pouvoir du storytelling 3D

David Lerman était à nouveau présent pour ce meet up afin de présenter l’application de visites interactives GuidiGo, mais aussi pour nous parler plus spécifiquement de ses potentialités en terme de storytelling 3D. Lors de visites culturelles, son utilisation via les Google Glass qui peuvent ainsi automatiquement lancer la reconnaissance d’images sans obstruer totalement la vue donne selon ses propres mots un véritable « sentiment de liberté » et renouvelle l’expérience de l’usager.

L’application permet de contextualiser l’oeuvre, ce qui permet de personnifier l’expérience, mais aussi de relever des détails difficilement observables, de restituer des éléments qui n’existent plus – comme le visuel d’un monument dans le passé – et de fournir des contenus animés et des vidéos. Ces différents éléments contribuent à raconter l’oeuvre et à connecter les visiteurs à celle-ci. Ils donnent l’impression de « voir un documentaire de l’intérieur ».

La présentation est suivie de questions auxquelles David Lerman répond tour à tour. Elles nous permettent ainsi d’en savoir plus sur la façon dont est gérée l’application ; n’importe qui peut ajouter une nouvelle visite interactive, et s’il existe un contrôle, il y a rarement des problèmes de ce point de vue. Il existe également des abonnements payants pour les institutions, mais également un package de deux parcours à faire gratuitement pour les auteurs indépendants, voire plus selon les cas. En ce qui concerne les droits d’auteur, en cas de problème, la visite est dépubliée. Il existe à l’heure actuelle une cinquantaine d’auteurs.

Enfin, il n’est pas question de concurrence avec les contenus virtuels qui peuvent être créés avec l’Oculus Rift, puisqu’il s’agit d’une technologie très différente. Elle peut néanmoins avoir un grand potentiel dans le champ des visites virtuelles.

glasscamp-up-culture

Retour d’expérience sur GuidiGo et nouvelles idées par Caroline Rosnet

Caroline Rosnet, directrice de l’agence culturelle Up Culture, a testé GuidiGo et a tenu non seulement à nous parler de son expérience, mais également à nous transmettre certaines idées d’applications pour les lunettes connectées. Dans un premier temps, elle a évoqué les visites culturelles telles qu’elles étaient perçus par le passé, avec des contenus scientifiques dédiés au grand public, qui pouvaient donner l’impression d’avoir « tout vu et tout entendu ». GuidiGo permet aujourd’hui la personnalisation de ces parcours, et donc de créer sa propre visite guidée thématique.

En ce qui concerne les expériences et idées présentées, Caroline Rosnet a évoqué le fait d’associer une oeuvre à une musique, une citation ou une recette, ce de manière collaborative. Par exemple, il s’agirait d’une plateforme sur laquelle chacun proposerait du contenu multimédia en lien avec un tableau ou encore une sculpture donnée. « Le collaboratif est possible pour faire des curations », explique-t-elle. Ce sont des possibilités d’autant abordables qu’elle a déjà eu des retours positifs sur la statue de Sainte Marie-Madeleine, qui s’est vue associée à une musique de Rafael Kubelik ou encore à une citation d’Apollinaire, que l’on peut écouter via un fichier audio. Pour ce qui est des recettes, la brioche de Chardin s’est vue associée à une véritable recette de brioche. Ces idées relèvent du participatif et du multimédia, d’où l’intérêt qu’elles soient disponibles via Google Glass.

Caroline Rosnet nous a également montré la Table claudienne museomixée. Museomix est une communauté de professionnels des musées acteurs dans l’innovation et le numérique et qui a déjà créé à plusieurs reprises des évènements visant à renouveler l’expérience des usagers dans les musées. La Table claudienne, qui se présente comme un bloc de marbre silencieux et rigide, se voit couplée à des contenus multimédia qui lui donnent de la profondeur et permettent d’accentuer son intérêt. « En repartant d’un objet hyper compliqué, […] on réussit à le contextualiser », ce qui permet de vivre le musée différemment. Les Google Glass pourraient permettre d’observer autrement l’oeuvre en permettant à son usager d’observer le même procédé.

glasscamp-mar-dixon

L’expérience de Mar Dixon, Glass Explorer et fondatrice de nombreux projets culturels

Mar Dixon vient d’Angleterre et nous présente son expérience exceptionnelle avec les Google Glass dans le monde de la culture. La présentation est intégralement en anglais et se présente comme une véritable histoire depuis son obtention des lunettes connectées jusqu’à aujourd’hui.

En décembre 2013, Mar Dixon devient Glass Explorer. Elle se demande ce qu’elle va bien pouvoir faire exactement et comment ça marche. Peu intéressée par les applications déjà proposées, elle commence dans un premier temps à les faire tester aux gens et à voir quelles sont leurs réactions. Elle s’intéresse par la suite plus spécifiquement à l’art et à ce que la technologie pourrait apporter dans les musées et galeries.

Elle fonde de nombreux projets, notamment Museomix au Royaume-Uni. Après avoir proposé aux musées et galeries une expérimentation avec les Glass au-delà des applications déjà existantes, peu étaient intéressés, le secteur étant encore très traditionnel. Mais Joseph Padfield, de la National Gallery à Londres, s’est montré intéressé par la technologie et ses possibilités, notamment en ce qui concerne la conservation. Nous avons eu droit à des vidéos inédites sur le sujet.


Brainstorming : usages professionnels et individuels des Google Glass et de l’Oculus Rift

Après la conférence, nous sommes répartis dans quatre groupes de brainstorming. L’idée est de dégager des idées d’applications à usage professionnel ou personnel dans le domaine de la culture en ce qui concerne les Google Glass, mais aussi l’Oculus Rift. Les idées qui en ressortent sont toujours aussi nombreuses et intéressantes.

glasscamp-culture-brainstorming

Dans le premier groupe qui concerne les Google Glass à usage individuel, la première idée est d’aller au-delà de ce que propose déjà GuidiGo en ajoutant une dimension communautaire – chaque usager pourrait déposer un commentaire virtuel sur une oeuvre visible par les autres usagers des Glass, mais aussi supprimer ceux déjà existants ou y répondre.

Le deuxième groupe sur le même sujet a relevé l’idée d’un système de surtitrage lors de par exemple de concerts, pouvant éventuellement permettre d’avoir des pas de chorégraphie ou une traduction en langage des signes, mais aussi l’idée de permettre, par exemple, lors d’une visite dans un musée de mode,d’observer des vêtements en mouvement, de voir l’intérieur de coffres, ou même d’avoir accès à un professeur de dessin qui aiderait à mieux comprendre l’oeuvre en la dessinant.

Le troisième groupe s’intéressait plutôt à l’utilisation des Google Glass dans le domaine professionnel, avec la création d’une application permettant aux agents dans les musées d’avoir des informations utiles pour leur faciliter leur travail, comme par exemple le taux de luminosité ou d’humidité d’une pièce, les différents éléments à vérifier – une application qui irait dans la logique de ce qui a été fait, par exemple, dans le secteur de l’énergie, avec VisualSpection.

Le quatrième groupe s’est tourné vers l’Oculus Rift et ses usages professionnels, avec en premier lieu une idée novatrice selon laquelle le producteur d’un film pourrait tester son atmosphère virtuellement afin de mieux l’appréhender, et une deuxième idée pratique qui serait une application permettant aux enseignants avant un voyage de classe de pouvoir consulter virtuellement les monuments qu’ils pourraient visiter.


glasscamp-oculus-rift-dk2

Suite à ces présentations d’idées, nous avons fini la soirée autour de pizzas, ce qui nous a permis de faire de nouvelles rencontres, partager nos ressentis sur l’évènement et plus généralement sur les lunettes connectées mais aussi de jeter un coup d’oeil à l’Oculus Rift DK2. Nous avons hâte de voir le résultat de la vidéo en 360°, qui devrait arriver prochainement !

Si vous êtes intéressés pour participer au prochain Glass Camp, dont GoGlasses est partenaire média, n’hésitez pas à rejoindre le groupe Meet Up.

Laisser un commentaire

comment-avatar

*