Comment publier une application VR sur Daydream ?

Comment publier une application VR sur Daydream ?

Google tient à faire respecter sa loi. Le 18 mai, le géant du net a dévoilé Daydream, sa nouvelle plateforme mobile dédiée à la réalité virtuelle, au cours de la Google I/O 2016, à Mountain View (Californie). Quelques jours plus tard, le célèbre moteur de recherche mettait à disposition des développeurs un kit de développement leur permettant de créer des applications compatibles avec Daydream, avant même la sortie de ce dernier.

Mais tout ça à un prix : respecter les règles de l’entreprise américaine. Ainsi, Google contrôlera et approuvera chacune des applications qui lui seront soumises. Un processus standard, en somme.

google-daydream-presentation-realite-virtuelle

  1. No bug : l’application ne doit rencontrer aucun bug ou crash au cours de son installation.
  2. Performance : l’application se doit de tourner en 60 FPS (Frames per second) sur tous les téléphones compatibles avec Daydream.
  3. Au diable la 2D : aucun pop up 2D (activer la caméra par exemple) ne doivent apparaître pendant l’expérience immersive.
  4. En mode paysage : ce dit mode devra être maintenu en cas de rotation du smartphone.
  5. Une immersion totale : rien ne doit entraver l’expérience VR en plein écran, en particulier les informations système (heure, opérateur, batterie…)
  6. Focus : les éléments VR doivent éviter d’être placés trop près de l’utilisateur, afin que celui-ci se focalise sur tous les éléments de l’environnement virtuel.
  7. Maintenir le head tracking : pendant un temps de chargement, l’utilisateur doit toujours se sentir en réalité virtuelle. Google conseille un environnement noir.
  8. Une ligne d’horizon stable : si l’application en possède une, elle doit alors rester immobile pour éviter de rendre l’expérience désagréable.
  9. Le contrôle des mouvements : les mouvements de la caméra doivent être initiés par l’utilisateur seulement.
  10. Une réprésentation fidèle : les descriptions et sceenshots de l’application doivent clairement coller au contenu proposé.
  11. Le contrôleur Daydream indispensable : le contrôleur est obligé d’être utilisé une fois à l’intérieur de l’application, le regard n’étant pas la priorité de Google pour interagir avec les menus.
  12. Pas d’icône VR, pas d’application : même en réalité virtuelle, les applications sont obligées de se doter d’une icône.
  13. Un aperçu 360 : les développeurs doivent mettre à disposition du public un contenu 360 (image) de l’application pour se faire une idée de l’expérience.

Notifions cependant que cette liste n’est pas figée. Google pourrait bien apporter des modifications et/ou des précisions à certaines règles au cours des prochains mois, ou même après la sortie de Daydream prévue en automne 2016. L’avenir nous le dira.

 

Laisser un commentaire

comment-avatar

*