Accueil / Evènements / Laval Virtual / Nous avons testé le casque de réalité virtuelle Razer OSVR
Razer OSVR

Nous avons testé le casque de réalité virtuelle Razer OSVR

A l’occasion du Laval Virtual 2015, nous avons eu l’opportunité de rencontrer l’un des ingénieurs Razer, le temps d’une démonstration et d’un essai du casque de réalité virtuelle Razer OSVR. Nous vous partageons nos premières impressions sur ce casque VR intégrant son propre écran.

Le Razer OSVR est l’un des principaux concurrents de l’Oculus Rift au même titre, notamment, que le HTC Vive. Dévoilé en janvier de cette année, l’OSVR (Open-Source Virtual Reality for Gaming) a pour objectif la création de standards dédiés à la réalité virtuelle. Razer, l’un des nombreux partenaires du projet, commercialise un Hacker Dev Kit, casque de réalité virtuelle basé sur l’OSVR au tarif de 200$.

Deux versions du casque Razer étaient présentées : la première couplée à un Leap Motion (technologie qui sera bientôt directement embarquée en option sur le Razer OSVR), la seconde à un gamepad. Nous vous détaillons par suite la seule première version puisque, outre le fait qu’elle présente le plus grand intérêt, c’est également la plus complète.

Razer OSVR comprenant un Leap Motion
Razer OSVR comprenant un Leap Motion

Premier élément marquant : la qualité du casque VR de Razer. A l’instar de ce que peut proposer la marque à l’insigne vert pour ses autres célèbres produits (claviers, souris, etc.), le Razer OSVR fait preuve d’une belle finition malgré son statut de Dev Kit et son tarif abordable. Il est en ce point relativement comparable à l’Oculus Rift même s’il mérite encore quelques perfectionnements.

Lentilles de l'OSVR Razer
Lentilles de l’OSVR Razer

Le casque vient se fixer sur la tête de son utilisateur grâce à une double sangle : la première partie venant sur le haut de la tête, la seconde sur les deux côtés. Elément de détail ayant toute son importance : il est possible d’utiliser le Razer OSVR sans lunettes de vues grâce à un système de réglage de la distance des lentilles. Le procédé, relativement archaïque, demandera certainement d’être retravaillé mais à le mérite, tout du moins, de fonctionner.

Séparé de vos lunettes, pour ceux en portant, le Razer OSVR est confortable. Son poids ne se fera en tous les cas pas ressentir durant son port pendant la dizaine de minutes d’essai.

Essai du Razer OSVR
Essai du Razer OSVR

Une fois équipé, place à l’immersion. Un jeu utilisant le Leap Motion (technologie permettant d’utiliser la gestuelle des mains au sein de l’application de réalité virtuelle) était utilisé aux fins de démonstration.

La préparation d'une boule de feu
La préparation d’une boule de feu

Le concept était relativement simple : vous êtes au milieu d’une forêt dans laquelle arrivent de toutes parts des fantômes de feu et de glace. Votre main droite vous permet d’envoyer des boules de feu, celle de gauche des boules de glace. Lorsque vous identifiez un fantôme (il faut pour cela physiquement vous tourner afin de naviguer dans l’environnement virtuel), il vous faut, en fonction du fantôme, préparer une boule de feu ou de glace en levant la paume de votre main devant vous. Une fois le sort magique prêt, simulez son lancer pour détruire le fantôme.

Le jeu comporte différents niveaux. Pour passer à un niveau supérieur, il faut survivre tout en détruisant les fantômes.

Bien qu’extrêmement basique, ce jeu permet en toute simplicité de mettre en exergue le potentiel des casques de réalité virtuelle dans le domaine du jeu vidéo. Nous nous sommes en tous les cas bien amusés.

Notons pour finir, qu’une fois de plus à l’instar de l’Oculus Rift, le Razer OSVR doit être relié à un ordinateur pour pouvoir fonctionner. Les capacités de mouvements peuvent donc s’en trouver réduites. Un boîtier fait d’ailleurs l’interface entre le casque et l’ordinateur auquel il est relié. Ce dernier vient en général s’attacher sur une poche du porteur du casque VR.

Boitier du Razer OSVR
Boitier du Razer OSVR

 Nous vous donnons très prochainement rendez-vous sur GoGlasses pour un test plus approfondi et détaillé de ce casque de réalité virtuelle signé Razer dont les premiers envois sont prévus pour juin 2015.

A propos de Florent Gastaud

Rédacteur chez GoGlasses.fr, je cumule désormais les années d'exploration du web et y participe à mon échelle. Vous pouvez également me retrouver sur Twitter ou Facebook.

3 comments

  1. Bonjour
    j’ai testé le même système, à Laval également. Un autre était doublé d’un système de Eye tracking, très intéressant.J’interviens ici pour donner mon avis quant au jumelage OSVR + LeapMotion. J’avais utilisé le leap motion, il y a quelques mois, posé sur mon bureau et je dois avouer que le rendu était bluffant (même si les applis étaient réellement limitées). En revanche, collé sur la face avant du casque VR (quel qu’il soit), le rendu es très moyen, les mains modélisées disparaissent si la position n’est pas la bonne. Bref, mon attention était plus portée sur la technique à suivre que sur l’utilisation elle-même, le LeapMotion étant fait pour étre posé à la perpendiculaire des mains. Le principe est bon, reste à trouver le système qui conviendra vraiment. Je trouve donc ce jumelage plus que moyen.

  2. Comme indiqué dans l’article, l’essai ayant duré une 10aine de minutes, nous reviendrons avec un test plus détaillé de ce casque dans un second temps.

    En terme de SDE, il m’a paru comparable à un Oculus Rift DK2. En revanche, la latence était encore trop présente, réduisant ainsi la fluidité des démos.

  3. j’aurais bien voulu avoir des infos sur ce que l’ont perçois, le screendor et autre effets

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire les articles précédents :
De prestigieuses universités rejoignent le programme OSVR

Le programme OSVR compte depuis le 26 mars de nouveaux partenaires puisque ce sont pas moins de 20 universités et...

Boeing teste les Google Glass pour améliorer son WorkFlow

L'usage de lunettes connectées dans le milieu de l'aéronautique n'est pas nouveau. Nous avions dans ce cadre pu vous présenter...

Fermer