Notre test du casque VR Vrizzmo

Notre test du casque VR Vrizzmo

Vrizzmo est un casque de réalité virtuelle fonctionnant à l’aide d’un Smartphone, à l’instar du casque français Homido ou de l’allemand Durovis Dive.

Les premiers prototypes du casque furent réalisés en 2013 à l’aide de Legos. Quelques mois plus tard, l’entreprise polonaise commercialisait son casque VR principalement constitué de plastique.

Nous vous dévoilons tout sur ce casque VR fonctionnant à l’aide d’un Smartphone.

Le Vrizzmo de face

Le Vrizzmo de face

L'un des modèle du Vrizzmo

L’un des modèle du Vrizzmo

Première particularité, les modèles Vrizzmo commercialisés sont d’une grande variété : noir, jaune, vert, rose, dessins imprimés, etc.

Vrizzmo propose également un service de personnalisation sur-mesure de son casque pour un tarif de 65 euros au lieu des 60 euros pour sa version standard. Le casque que nous avons testé a bénéficié de cette customisation qui se traduit par des gravures dans le plastique. Les modèles de casques VR étant habituellement austères, nous avons particulièrement apprécié les options de personnalisation.

Au niveau de la conception du casque, le Vrizzmo se compose de différentes plaques de plastiques imbriquées entre elles. La majorité des angles étant droits et non arrondis, le casque a un côté abrupt pouvant être désagréable, notamment lors de sa prise en main. De ce point de vue, le Vrizzmo perd des points face à certains de ses concurrents aux surfaces douces et arrondies comme peuvent l’être par exemple celles du Zeiss VR One.

Vrizzmo de côté

Vrizzmo de côté

Les Smartphones de 4.5 à 5.7 pouces peuvent être accueillis au sein de l’espace prévu à cet effet sur la face avant du casque. Une version « Plus » commercialisée au même prix que la classique est spécialement conçue pour les Smartphones aux écrans plus larges tels que le Samsung Galaxy Note ou l’iPhone 6 Plus.

Le Smartphone vient se classer entre deux plaques de plastiques tout en étant maintenu par un clapet. Deux petites mousses viennent assurer le bon maintien du téléphone et éviter les rayures liées au plastique. Le système de maintien est bien conçu et permet au Smartphone d’être parfaitement positionné durant l’usage du casque.

Vrizzmo de dos

Vrizzmo de dos

L’une des meilleurs réussites de ce casque est certainement son système optique. Le Vrizzmo est composé d’un total de quatre lentilles (non réglables) qui offrent une qualité et une netteté d’image peu égalée pour ce type de support de Smartphones. A noter qu’il est possible de l’utiliser avec des lunettes de vue.

Cette netteté serait impossible sans un système de maintien efficace du casque. Composé de 2 sangles ajustables dont l’une venant sur le haut du crane, le Vrizzmo se maintient parfaitement une fois porté par son utilisateur.

La combinaison de ces deux dispositifs permet au Vrizzmo d’assurer l’essentiel : offrir de la réalité virtuelle efficace ayant peu d’effet de motion sickness. On regrettera tout de même l’absence d’aimant permettant d’activer le magnétomètre du Smartphone (et les actions liées au sein des applications). Vrizzmo a préféré opté pour un système de bouton permettant d’activer deux petits crans en caoutchouc venant taper le haut de l’écran du Smartphone équipé. Les applications utilisant ce type de déclencheur d’action restent cependant rares.

 

Laisser un commentaire

comment-avatar

*