Le motion sickness en passe de disparaître ?

Le motion sickness en passe de disparaître ?

Qui n’a pas déjà subi la loi de la réalité virtuelle ? Celle de la motion sickness, cet effet troublant pouvant provoquer des maux de crâne et un ressenti nauséeux. Alors que la VR offre aujourd’hui de nombreuses expériences immersives, certains ont bien du mal à supporter le changement de réalité. C’est pourquoi des ingénieurs de l’université de Colombia ont pris le problème très au sérieux en proposant une solution aux personnes les plus sensibles.

D’après leur étude, l’équipe à décidé de réduire le champ de vision du casque de réalité virtuelle – ici, un Oculus Rift – censé gommer le symptôme motion sickness. Au total, 30 volontaires ont participé au projet qui consiste à tester, à plusieurs jours d’intervalle, la même expérience VR mais avec la modification du FOV (Field of View). Un à un, les « testeurs » ont réalisé les mêmes actions en se déplaçant à l’aide d’une manette : voler, conduire, courir ou encore s’allonger.

Résultat : sans que certains ne soient mis au courant de l’intention des chercheurs, des participants ont remarqué une différence (aucun chiffre donné) entre les deux expériences, se sentant plus à l’aise avec une restriction du champ de vision. Nuançons tout de même cette trouvaille : le rétrécissement de cette dernière pourrait certes améliorer les conditions de l’utilisateur, mais ne diminuera-t-elle pas l’aspect immersif qui est aujourd’hui au coeur des innovations techniques des développeurs ? Pour le coup, concilier les deux serait véritablement un grand pas en avant.

Laisser un commentaire

comment-avatar

*