Ergonomie : Google travaillerait sur des achats in-app en réalité virtuelle

Ergonomie : Google travaillerait sur des achats in-app en réalité virtuelle

Google on le sait est de plus en plus impliqué dans la réalité virtuelle. Après avoir dévoilé la version 1 puis la version 2 du Google Cardboard enfin compatible avec tous les smartphones ainsi qu’un caméra 360 en partenariat avec GoPro, la firme de Mountain View travaillerait avec ses développeurs sur le développement de l’achat in-app en réalité virtuelle. En d’autres termes, les développeurs, selon le site Re/Code, chercherait le meilleur moyen de pouvoir acheter des applications ou des add-on dans une applications en VR tout en restant dans l’expérience immersive.

A l’heure actuelle, il y a deux moyens d’acheter sur un site :

  1. Vous trouvez un objet qui vous plaît et vous devez alors vous identifier pour acheter le produit et rentrer votre carte bleue ou votre Paypal. D’un point de vue de l’expérience utilisateur, cette option est souvent vécue comme fastidieuse par les utilisateurs qui doivent créer un compte, la valider puis rentrer leurs coordonnées bancaires. D’un point de vue de la sécurité cela semble un peu mieux et plus rassurant que l’option suivante, mais manque cruellement de fluidité dans son expérience et peut à certains égards sembler décourageante.
  2. L’autre option consiste à rentrer dès le départ votre carte bleue pour ne pas avoir à la ressortir par la suite étant donné qu’elle aura été enregistrée. D’un point de vue expérience utilisateur c’est celle qui est la meilleure puisqu’elle ne vous fait pas sortir de l’expérience. Par contre, le fait qu’un site puisse avoir accès tout le temps à votre compte en banque est toujours plus difficile à accepter pour les utilisateurs et pose des problèmes en termes de sécurité (par exemple, une personne qui accède à mon compte pourrait directement passer un achat sans que je le sache).

La question mérite d’être complètement repensée en réalité virtuelle pour plusieurs raisons :

  1. Vous êtes dans une réalité immersive en 360 degrés avec un casque de réalité virtuelle sur le nez. Vous ne pouvez donc pas bénéficier d’un clavier devant vous pour rentrer vos différentes coordonnées et informations personnelles et bancaires (il est certes exact qu’il est possible de streamer le clavier en VR, mais cela ne semble pas régler la question car il est très complexe et peu pratique de se servir d’un clavier en réalité virtuelle). N’envisageons même pas le 3D Secure qui obligerait à soulever le casque… Autant dire que l’expérience utilisateur serait catastrophique.
  2. En réalité virtuelle, nous n’interagissons pas de la même manière que sur un PC. Oublions le clavier et ses raccourcis, la molette de la souris, les combinaisons click droit/click gauche avec la souris… En réalité virtuelle, ce que nous possédons aujourd’hui comme possibilité d’interagir avec le monde virtuelle est le regard, le temps passé à regarder un objet, le gyroscope, le point and click (souvent symbolisé par un rond) et éventuellement un bouton extérieur (comme sur le cardboard par exemple. Le Samsung Gear VR possède lui plus de boutons et permet donc plus de déplacements en VR avec des flèches directionnelles, un bouton de sélection ainsi qu’un bouton retour. Toutefois, difficile de dire si à l’heure actuelle on pourrait encore simplifier ou si ce nombre de boutons est bien suffisant pour permettre une expérience maximale). En somme, l’expérience en VR est beaucoup plus « simplifiée » que celle vécue sur PC. Cela semble rendre la solution « insoluble » (mais néanmoins passionnante) quand on la met en balance avec des questions concernant la sécurité financière des utilisateurs et les attentes des banques.

Pour réussir une expérience d’achat dans une application VR, il faudra donc que l‘expérience d’achat soit elle aussi immersive, mais qu’elle répondre aux contraintes ergonomiques simplifiée des casques de réalité virtuelle (et par conséquent du plus grand nombre si l’on veut pouvoir vendre plus…) et aux attentes sécuritaires des utilisateurs et des banques.

Laisser un commentaire

comment-avatar

*