Accueil / AR Cloud : Définition de l’AR Cloud
ar-cloud-definition-goglasses

AR Cloud : Définition de l’AR Cloud

Qu’est-ce que l’AR Cloud ? Retrouvez notre définition complète de l’AR Cloud et des ressources supplémentaires pour aller plus loin sur l’AR Cloud.

Si vous vous intéressés au domaine de la réalité augmentée et de la réalité mixte, l’AR Cloud va bientôt est le terme à la mode sur lequel les startups vont se mettre. Pourquoi ? Tout simplement parce que ce phénomène va donner de nouvelles perpectives à la recherche de l’information et à l’organisation de cette information. Outre les nombreuses potentialités business que va receler l’AR Cloud, le Google de demain se cache probablement derrière ce phénomène. On vous donne donc une définition complète de ce qu’est l’AR Cloud.

 

Définition de l’AR Cloud

L’AR Cloud est un terme anglophone qui signifie le « Cloud de la réalité augmentée » (mais qui pourrait être également développé en MR Cloud traduit par « Cloud de la réalité mixte »). Mais que relève exactement ce termes ?

Pour le définir facilement, l’AR Cloud est une copie 3D – dans le Cloud – de notre monde. Prenez votre salon, votre chambre, votre bureau ou tout autre environnement, imaginez qu’il soit scanné en 3D et envoyé sur le Cloud et vous obtenez l’AR Cloud. Plus aller plus loin, on pourrait définir l’AR Cloud comme une mémoire partagée du monde physique et qui permettra aux utilisateurs de partager des expériences en réalité augmentée (informations 2D et 3D). Cet AR Cloud permettra véritablement aux gens de collaborer sur de multiples sujets en temps réel des expériences en réalité augmentée dans le monde réel.

L’AR Cloud : Contexte et persistance des données

Il y a deux éléments importants qui doivent être appréhendés à l’AR Cloud.

Tout d’abord, l’AR Cloud fournit un contexte à un device (exemple : un smartphone). Via l’AR Cloud, le device est capable de comprendre le contexte dans lequel il évolue. Etant donné que l’AR Cloud lui donne une copie de notre monde, il est donc capable d’évoluer dedans. L’AR Cloud donne la possibilité au device de reconnaître tel ou tel objet (voiture, maison, livre, une lampe…) et de lui attacher un contexte. Par exemple, après avoir reconnu que l’objet X est une lampe, l’AR Cloud fournit également des informations de contexte : la lampe X appartient à une personne Y situé dans un environnement (ex. une maison) W et même que cette lampe X a été produite par la marque Z qui lui a attaché des informations (qui peuvent elles-même être mise à jour). Bref, vous commencez probablement à comprendre que les possibilités commencent à être infinies à partir d’un moment où le device appréhende un objet dans son contexte.

Ensuite, il faut comprendre que l’AR a pour vocation de mettre en place la persistance de la donnée. Qu’est-ce que la persistance de la donnée ? La persistance de la donnée, c’est le fait de considérer que la donnée reste attaché à un contexte et qu’elle soit accessible à tous quelque soit le device, le tout dans un continuum de temps. Il n’y a pas d’avant et d’après dans l’expérience en AR, il n’y a qu’un continuum accessible de manière collaborative entre les humains et les objets. En d’autres termes, imaginez que vous utilisez un smartphone pour visualiser une information en AR en pointant votre smartphone sur la lampe X et que vous décidiez de modifier l’expérience AR en y ajoutant ou enlevant une information ou même en la changeant d’environnement. Cette modification pourra être accessible à une autre personne sur un smartphone ou sur des lunettes connectées (smartglasses) avec l’AR Cloud. Les données sont dites persistantes, elles restent même si le device a été éteint puis rallumé. C’est exactement la même chose que dans le monde réel : si vous bougez la lampe de place et que vous y collez un stickers dessus, la lampe aura bougée de place même si vous sortez et que vous revenez dans la pièce et elle aura bougé pour tous ceux qui arriveront dans la pièce.

 

Pour pouvoir accéder à l’AR Cloud, il va nécessiter un véritable système robuste de localisation, un streaming temps réel du positionnement 6DOF, un stitching des meshs 3D et bien évidemment un crowdsourcing de ces derniers qui doivent être téléchargés en temps réel. Vous l’aurez compris la tâche est ardue et en est au tout début, mais sans cet AR Cloud, nous n’arriverons pas à mettre en place de véritables expériences en réalité mixte. Reste maintenant à résoudre ces problèmes complexes.

Si vous désirez en savoir plus sur l’AR Cloud, sur son fonctionnement ou les startups qui travaillent dessus, voici un article complet sur l’AR Cloud.