Accueil / AR Cloud : Tout savoir sur l’AR Cloud
ar-cloud

AR Cloud : Tout savoir sur l’AR Cloud

Après le Search de Google, le Social Graph de Facebook, le prochain élément qui va bouleverser le monde du web et de la recherche s’appelle l’AR Cloud. Qu’est-ce que l’AR Cloud ? Comment fonctionne l’AR Cloud ? Qui sont les acteurs de l’AR Cloud ?

Depuis maintenant plus de 10 ans, Google, Facebook et Amazon semblent indétrônables (et ils le sont probablement). Google est le leader incontesté de la recherche d’informations, Facebook vous permet de retrouver vos amis et connaissances et de garder contact avec eux de manière constante et Amazon est le numéro 1 de la supply chain et du e-commerce mondial.

Dans le domaine de la réalité augmentée (AR) on ne voit pour l’heure aucun leader. Certes on peut noter la présence importante des GAFAM dans le secteur de l’AR, qui ont tous une solution de réalité augmentée (Apple avec ARKit, Google avec ARCore, Amazon avec sa solution Sumerian et Facebook avec des services allant de Frame aux post 3D, Microsoft avec ses Hololens), aucun acteur n’a pour l’instant pris le pas sur tous avec une solution unique. Et d’ailleurs comme à l’heure actuelle, il y a aura sûrement plusieurs solutions qui cohabiteront avec une solution leader.

Si la réalité augmentée fait partie de ce qui va façonner notre future, force est de constater que pour l’heure nous en sommes encore à ses balbutiements et que beaucoup reste à faire. Le Google ou le Facebook de la réalité augmentée n’est pas encore né et ne s’est pas encore imposé. Quand adviendra t-il et qui sera t-il ? Il est pour l’instant trop tôt pour le dire. Cela étant dit, s’il y a un concept qui va se développer dans les prochaines années et créer une licorne c’est bien autour de ce concept : l’AR Cloud.

Suivez le guide, on vous dit tout sur l’AR Cloud.

Qu’est-ce que l’AR Cloud ?

 

L’AR Cloud ou « Cloud de la Réalité Augmentée » est encore une notion extrêmement jeune. Elle n’a pour l’heure aucune application concrète, même si certains acteurs très en avance travaillent déjà sur le sujet. Qu’es-ce que l’AR Cloud exactement ?

On pourrait définir l’AR Cloud comme une mémoire partagée du monde physique et qui permettra aux utilisateurs de partager des expériences en réalité augmentée (informations 2D et 3D). Cet AR Cloud permettra véritablement aux gens de collaborer sur de multiples sujets en temps réel des expériences en réalité augmentée dans le monde réel.

Ce qu’il faut comprendre c’est que l’AR Cloud fournit un contexte. Le device sait et comprendre le monde qui l’entoure et est capable d’apporter l’information en temps réel à plusieurs personnes. L’AR Cloud est contextuellement connecté au monde réel. L’AR Cloud est au final une copie du monde réel capable de se superposer en temps réel à la réalité et d’apporter une information collaborative.

Comme vous le comprenez donc, l’AR Cloud possède un intérêt par sa vertu sociale et collaborative entre tous les utilisateurs qui peuvent accéder en temps réel à des expériences en réalité augmentée via le device de leur choix (smartphone, smartglasses…). L’AR Cloud n’est pas seulement destiné aux utilisateurs, il est également destiné aux voitures autonomes, drones, objets… Vous pourrez donc partager des expériences AR avec des objets et des utilisateurs. Chacun se situera dans le monde réel à partir d’une copie physique constamment mis à jour en temps réel pour permettre la mise en place d’expériences AR (voire réalité mixte) collaborative.

La mise en place de l’AR Cloud va nécessiter un véritable système robuste de localisation, un streaming temps réel du positionnement 6DOF, un stitching des meshs 3D et bien évidemment un crowdsourcing de ces derniers qui doivent être téléchargés en temps réel. Vous l’aurez compris la tâche est ardue et en est au tout début, mais sans cet AR Cloud, nous n’arriverons pas à mettre en place de véritables expériences en réalité mixte. Reste maintenant à résoudre ces problèmes complexes.

Comment fonctionne l’AR Cloud ?

Après avoir compris que l’AR Cloud est une copie du monde réel constamment mis à jour en temps réel et totalement collaboratif entre les différents utilisateurs (que cela soit des personnes ou des objets), il faut comprendre quelques points techniques.

Tout d’abord, l’AR Cloud repose sur la persistance de la donnée. Qu’est-ce que la persistance de la donnée ? C’est en gros une donnée X (par exemple un cube) qui est matchée avec la copie du monde réel et qui est toujours accessible et accessible pour tous. Imaginons qu’un cube en réalité augmentée soit posé sur ma table de salon et que je sois capable de le visualiser via un device X. Si j’éteins ce device X, le cube est toujours là et l’expérience est toujours accessible à tous ainsi qu’à moi-même avec n’importe quel autre device. Le cube possède des coordonnées qui ne bougent pas, il sait qu’il est posé là (c’est la notion de contexte évoqué plus haut). C’est comme pour un site internet accessible depuis une adresse IP pour tous via n’importe quel device X. A la différence que le cube agit en relation avec votre environnement (un contexte) et peut envisager de changer de localisation en fonction de ce que l’expérience commune voudra en décider (et cela est possible puisque le cube connaît votre environnement via l’AR Cloud).

Actuellement, les services de cloud pour afficher de l’information en réalité augmentée sont de deux types :

  • Soit le Cloud garde en mémoire une coordonnée GPS ou une information de localisation (pour afficher une information X)
  • Soit le Cloud peut fournir une image de reconnaissance via des procédés de reconnaissances d’images pour fournir une information X (exemple : le device X reconnaît que c’est une table et il affiche par exemple le nom de cette table, le prix…)

Le problème de ces 2 méthodes utilisées, c’est qu’elles n’ont pas la compréhension de leur environnement. En d’autres termes, on peut savoir qu’une table est bien là et que c’est bien une table, mais le device ne comprend pas l’environnement, il ne situe pas la table dans son environnement.

Pour que cela soit possible, il nous faut donc avoir ce que l’on appelle l’AR Cloud et qui doit au moins inclure :

  1. Une persistance des données alignées avec les coordonnées du monde réel (avoir donc une copie du monde réel)
  2. La possibilité de localiser ce point immédiatement (pouvoir aligner la copie avec le monde réel) depuis n’importe quel device.
  3. La possibilité de placer un contenu virtuel en temps réel, d’interagir avec lui en temps réel sur n’importe quel device et à distance.

Vous comprendrez donc au regard de toutes ces difficultés que l’AR Cloud est incroyablement complexe à mettre en place d’un point de vue technique et que la solution se fera jour dans quelques années. Quand on parle de temps réel pour des expériences AR, il s’agit de ne plus avoir la même infrastructure asynchrone que l’on connaît en informatique. Il s’agit donc à la fois de revoir l’infrastructure de nos services et de revoir par là-même les devices sur lesquels nous pouvons réaliser ces expériences AR. C’est en bref comme si nous étions de nouveau au début de l’informatique.

Qui sont les acteurs de l’AR Cloud ?

Ils sont encore très peu nombreux à l’heure actuelle mais ils ont tous le même objectif (chacun à leur niveau) : créer l’AR Cloud pour enfin permettre la mise en place d’une copie du monde réel. En voici quelques-unes :

YOUar (Portland)

Scape (London)

Escher Reality (Boston) [ndlr. startup racheté par Google]

Aireal (Dallas)

Sturfee (Santa Clara)

Paracosm (Florida)

Fantasmo (Los Angeles)

Insider Navigation (Vienna, Austria)

InfinityAR (Israel)

Augmented Pixels (Ukraine/Silicon Valley)

Kudan (Bristol, UK)

DottyAR (Sidney Australia)

Meta (Silicon Valley)

Daqri (Los Angeles)

Wikitude (Vienna, Austria)

6D.ai (San Francisco)

Postar.io (San Francisco)

Magic Leap ? (Floride)

Concernant les GAFAM, ces derniers regardent avec attention l’AR Cloud, mais on peut raisonnablement penser que Google est le mieux positionné aujourd’hui pour réussir dans cette voie. Mais même Google en est encore loin.